4 méthodes pour approcher son inconscient

Sommaire

Le terme « inconscient » définit les processus psychiques sous-jacents non perçus par l'individu, du moins dans son état conscient.

Il existe diverses manières de faire ressortir ce qui est enfoui au plus profond de nous. Le travail psychanalytique est axé sur les manifestations de l'inconscient, afin d'aider l'individu à évoluer et mieux vivre.

Voici 4 méthodes originales qui permettent de le décrypter.

Le rêve éveillé libre pour approcher son inconscient

L'inconscient se manifeste par des actes manqués (lapsus, actions…) et par les rêves. L'interprétation des rêves est utilisée dans la psychanalyse car elle permet de mettre en évidence ces mécanismes inconscients : refoulements, peurs, angoisses…

Or, il est aussi possible de rêver sans être endormi ! Le rêve semi-éveillé est un rêve vécu dans un état de demi-sommeil qui permet de percevoir des images qui se superposent et servent de support au travail d'analyse.

Méthodologie du rêve éveillé libre

Pour ce faire :

  • Le patient, allongé, les yeux fermés, se relaxe et décrit au thérapeute les images qui lui apparaissent. Ces images, appelées images hypnagogiques, sont celles qui précèdent le véritable sommeil.
  • S’ensuit un échange, entre patient et thérapeute, qui a pour but d’analyser ensemble les éléments principaux du récit.
  • Le travail du thérapeute est non seulement de repérer les symboles pris un à un, mais surtout d’analyser la chaîne logique entre ces symboles pour déchiffrer un sens sous-jacent.

Modalités pratiques

Cette technique, mise en place dans les années 70, se déroule à raison d'une quinzaine de séances de 2 heures.

Le prix d’une séance varie entre 45 et 70 €.

Méthode de l’hypnose ericksonienne

En état d'hypnose, l'individu est en demi-sommeil, et cet état met en lumière des phénomènes inconscients qu'il ne perçoit pas lorsque sa conscience est optimale. L'hypnose permet de corriger certains troubles ou de traiter efficacement certaines phobies, angoisses…

Elle se décompose en plusieurs phases :

  • Phase de préinduction : préparation mentale.
  • Phase d’induction : fixation du patient sur une partie de son corps, observation de soi-même.

Cependant, l'hypnose ericksonienne a ceci de particulier que le patient, qui garde le contrôle, se sent plus en confiance et ouvre plus volontairement la porte de l’inconscient.

Lire l'article Ooreka

Approcher son inconscient avec le dessin projectif

De la même manière que les images du semi-sommeil ne sont pas générées de façon complètement aléatoire, les motifs que l’on croit dessiner au hasard peuvent en réalité en dire beaucoup sur notre inconscient.

Méthodologie du dessin projectif

C’est là qu’intervient la technique du dessin projectif :

  • Seul ou en groupe, l’individu commence par une courte séance de relaxation (20 minutes).
  • Il choisit 3 couleurs de crayon différentes au hasard, et commence à tracer des dessins et contours, sans consignes particulières :
    • La main ne doit pas être crispée, mais laissée libre.
    • Si le patient n’arrive pas à se détendre, il peut aussi tenir le crayon de l’autre main, demander à avoir les yeux bandés, changer de position sur sa chaise, etc.
  • À la fin de la séance, ce dessin est interprété, avec l’aide du thérapeute. Grâce aux questions de celui-ci, le patient décrypte les symboles qui apparaissent dans les formes qui se retrouvent sur la feuille.

Modalités pratiques

La séance de dessin projectif (1h30) coûte en moyenne 65 €. Une séance collective est généralement moins chère.

Méthode de la respiration holotropique

La respiration holotropique est une méthode d'approche de l'inconscient par le biais de la respiration. La méthode de respiration holotropique a été mise au point dans les années 1970 comme une voie alternative à la prise de drogues de type LSD.

Le sujet respire profondément et rapidement (hyperventilation), allongé sur un tapis, sur fond de musique profonde :

  • Cette mise en condition permet à l'individu d'entrer dans une sorte de transe (état de conscience modifié) et de revivre certaines étapes de sa vie, certains épisodes traumatisants.
  • À la fin de la séance, le patient traduit ce qu’il a perçu sous forme d'un dessin (mandala). C’est ce dessin qui sert de support à l'analyse.

Envie d’en savoir plus sur les différentes thérapies :

Aussi dans la rubrique :

Courants de pensée

Sommaire