Principe et causes de l'hyperphagie

Sommaire

À l'heure où il est impératif d'être mince pour répondre aux critères de beauté imposés par les médias, les troubles du comportement alimentaire sont de plus en plus fréquents.

L'hyperphagie correspond à la consommation d'aliments en très grande quantité, ce symptôme se manifeste sous des formes diverses et témoigne parfois de l'existence d'une maladie ou de syndromes associés à des troubles alimentaires.

Le point dans notre astuce.

Hyperphagie : prise alimentaire excessive

Certains personnes, à un moment de leur vie et pour de multiples raisons, augmentent leur consommation de nourriture, on nomme cela l'hyperphagie. Elle se manifeste au cours des repas ou à d'autres moments de la journée.

Hyperphagie au cours des repas

La consommation de grandes quantités d'aliments au cours des repas peut être liée :

  • à une augmentation de l'appétit ;
  • à une mauvaise perception de la sensation de satiété ;
  • ou au plaisir intense que représente le fait de s'alimenter.

Le fait d'ingérer de larges portions est souvent lié aux habitudes alimentaires acquises dans la famille. Ce type d'hyperphagie peut résulter d'une prise très rapide du repas, ce qu'on appelle la tachyphagie.

Hyperphagie en dehors des repas

La consommation d'aliments en dehors des repas peut également contribuer à une augmentation des apports caloriques sur la journée.

La principale consommation de nourriture en dehors des repas est le grignotage qui consiste à manger :

  • certains aliments facilement accessibles ;
  • sélectionnés pour le plaisir qu'ils procurent ;
  • en petite quantité et de manière répétée.

Les compulsions alimentaires correspondent quant à elles à un besoin de manger :

  • qui doit être satisfait sur le champ ;
  • motivé par une envie soudaine de consommer un type particulier de nourriture ;
  • consommé généralement en quantité limitée.

Les accès boulimiques sont des envies irrésistibles de manger :

  • sans éprouver de sensation de faim ;
  • caractérisées par une perte de contrôle : la personne qui les subit consomme des quantités très importantes d'aliments ;
  • ils servent à combler une sensation de vide ou d'ennui et à calmer une profonde angoisse.

L'épisode s'arrête avec la survenue de douleurs abdominales ou l'apparition de vomissements.

Principaux syndromes impliquant de l'hyperphagie

L'hyperphagie n'est pas nécessairement pathologique : il n'est pas anormal d'augmenter sa ration alimentaire dans certaines circonstances, suite à une maladie par exemple, ou lorsqu'on pratique une activité physique intense.

Elle est impliquée dans différents troubles du comportement alimentaire, qui apparaissent en réponse à la conjugaison de facteurs biologiques, psychologiques et sociaux.

Il existe différents syndromes : boulimie nerveuse, hyperplasie boulimique et crises alimentaires nocturnes.

Boulimie nerveuse

La boulimie nerveuse touche principalement des jeunes femmes (trois jeunes filles pour un garçon), elle se caractérise par l'ingestion non maîtrisée d'une grande quantité d'aliments sur un temps limité.

Les patients concernés :

  • ont conscience du caractère anormal de leur comportement mais ne parviennent pas à le réprimer ;
  • parviennent à garder un poids normal, par la mise en œuvre de comportements spécifiques destinés à annuler l'apport calorique lié aux crises :
    • en vomissant à la fin de l'épisode de boulimie,
    • en prenant des médicaments favorisant l'élimination, des laxatifs et/ou des diurétiques,
    • en pratiquant du sport de manière excessive,
    • en se soumettant à des périodes de jeûne ;
  • associent souvent l'estime qu'ils ont d'eux-même à leur aspect extérieur.

La boulimie nerveuse est causée par un mal-être et accompagne souvent des troubles de la personnalité. Elle nécessite une prise en charge psychiatrique.

Hyperphagie boulimique

Appelée « Binge eating disorder » par les anglo-saxons, l'hyperphagie boulimique se distingue de la boulimie nerveuse principalement :

  • par l'absence de comportements destinés à compenser la prise alimentaire : les patients concernés présentent ainsi un surpoids ou une obésité ;
  • par le fait qu'elle concerne aussi bien les hommes que les femmes.

Le plus souvent diagnostiquée à l'âge adulte, l'hyperphagie boulimique est plus fréquente que la boulimie. Elle touche 3 à 5 % de la population.

Crises alimentaires nocturnes

Ce syndrome se manifeste par une prise alimentaire mal répartie au cours de la journée. Les personnes concernées :

  • commencent en général à s'alimenter dans la soirée, n'éprouvant pas de sensation de faim pendant le jour ;
  • prennent un repas conséquent le soir, suivi d'épisodes de compulsion ou d'accès de boulimie dans la nuit, dans un état proche du somnambulisme, les crises pouvant être oubliées le lendemain ;
  • sont souvent anxieuses et ressentent de la culpabilité liée à leur façon de se nourrir ;
  • se tournent généralement vers des aliments sucrés ou des féculents.

Pour en savoir plus les troubles des conduites alimentaires :