Sommaire

Dans l'ensemble de la population, entre 5 et 15 % des personnes ont vécu ou vivront une hallucination. Parmi les types d'hallucinations, on compte les hallucinations auditives.

Essayons de comprendre leurs causes et les traitements qui peuvent être proposés.

Qu'est-ce qu'une hallucination auditive ?

Il ne faut pas confondre « hallucination » et « illusion ». Une hallucination est une perception sans qu'il y ait d'objet à percevoir, perception qui entraîne une réaction comme si elle était réelle. Une illusion, par contre, est une perception erronée de son environnement.

Une hallucination auditive est dite « psycho-sensorielle ». Elle peut se caractériser par des bruits, des sons, voire de la musique ou des voix. De même, elle peut sembler provenir «  de l'intérieur » ou de l'extérieur » de la tête.

Le degré d'une hallucination auditive varie d'une personne à l'autre. Que ce soit dans la complexité du bruit entendu ou dans le volume.

Différentes causes possibles des hallucinations auditives

Les causes peuvent être mentales, neurologiques, infectieuses, chroniques…

Des causes très diverses

Parmi les nombreuses causes possibles des hallucinations auditives :

  • intoxication par des drogues ;
  • pathologies neurologiques : maladie de Parkinson,… ;
  • pathologies psychiatriques : schizophrénie,… ;
  • pathologies du sommeil : narcolepsie ;
  • pathologies organiques : traumatismes crâniens, tumeurs, maladies vasculaires cérébrales,… ;
  • pathologies métaboliques ;
  • déficiences organiques : perte d'audition partielle ou totale,… ;
  • migraines avec aura ;
  • malformations artério-veineuses ;
  • il arrive également que des personnes ayant consommé une grande quantité decafé (Trobe University) entendent des voix sans qu'il y ait aucun trouble, mental ou pas.

Anomalies du cerveau

Ces dernières années, les études effectuées grâce à l'IRM et les analyses neurochimiques ont permis de montrer que les cerveaux qui créent des hallucinations auditives souffrent de nombreuses anomalies possibles. Que ce soit dans son architecture, son fonctionnement ou les molécules qu'il produit.

Cas des personnes schizophrènes

50 à 70 % des personnes ayant fait l'objet d'un diagnostic de schizophrénie sont concernées par les hallucinations, en grande majorité les hallucinations auditives. Le plus souvent, les hallucinations se déclenchent soudainement.

La schizophrénie donne lieu à des symptômes extrêmement variables d'une personne à l'autre. On les classe en 3 groupes : les symptômes positifs, les symptômes négatifs et les symptômes de désorganisation. Les hallucinations sensorielles et le plus souvent les hallucinations auditives font partie des symptômes positifs.

Plusieurs hypothèses ont été avancées pour expliquer les hallucinations auditives chez les schizophrènes, notamment celle de problèmes de connexion entre les différentes structures du cerveau (Science, 2014).

Traitement des hallucinations auditives

Le traitement à proposer sera évidemment lié à la cause de l'hallucination auditive :

  • Dans le cas d'une déficience auditive, la proposition de différentes solutions d'appareillage pourront améliorer voire stopper les hallucinations auditives.
  • Dans le cas de personnes schizophrènes, plusieurs traitements sont proposés, même s'ils ne font que réduire les symptômes :
    • des neuroleptiques, qui malheureusement ne fonctionnent pas toujours (20 à 30 % des cas) ;
    • la stimulation magnétique transcranienne, la limite de cette technique étant que le résultat ne se maintient pas dans le temps et que son efficacité est variable ;
    • les psychothérapies (comportementales cognitives, psychoanalytiques) ;
    • les réseaux d'entraide ;
    • depuis peu, l'Université du Collège de Londres travaille sur la thérapie psychologique par avatar (incarnation numérique), une piste prometteuse qui est encore en cours d'évaluation.

Simple bruit ou sons plus complexes, les hallucinations auditives peuvent prendre de nombreuses formes. Aussi ne faut-il pas trop rapidement « psychiatriser » une hallucination auditive. Il suffit parfois de diminuer la quantité de café avalée ou de solutionner une perte auditive.

Comprendre s'il s'agit d'une conséquence organique, psychiatrique ou lésionnelle est donc la première démarche à mettre en place avec son médecin.

Pour en savoir plus :