Sommaire

Souvent utilisé dans le langage courant pour décrire un comportement exagéré et égocentrique, le terme « mégalo », dérivé de la mégalomanie est en réalité une vraie pathologie psychique qui engendre de sérieux troubles du comportement.

Quelles sont les causes de l'apparition de ce trouble du comportement et comment y faire face ? Réponses maintenant !

Qu'est-ce qu'un mégalomane ?

La mégalomanie entre dans le cadre des psychoses chroniques délirantes. C'est-à-dire qu'elle se manifeste de façon régulière chez une personne.

Les caractéristiques de cette maladie psychique sont :

  • un surestimation de soi-même ;
  • un délire de grandeur ;
  • un délire de puissance ;
  • une auto-attribution de capacités extraordinaires ;
  • un désir immense de gloire ;
  • un orgueil démesuré.

La mégalomanie concerne donc des personnes qui ont une appréciation tout à fait fausse de leur prétendue puissance, de leur situation sociale ou de toute autre qualité. On parle alors souvent de « folie des grandeurs ».

Ce trouble psychologique entre dans la catégorie des psychoses ou psychoses « maniaco-dépressives » (terme générique définissant de multiples troubles de l'esprit et du comportement).

Les psychoses sont caractérisées par des déficits cognitifs dans des comportements « normaux » et souvent associées à divers types d'hallucinations ou délires, dont la mégalomanie fait partie. La mégalomanie traduit souvent un manque affectif.

Causes de la mégalomanie

Il est difficile, au cours de troubles psychiques, d'identifier des facteurs favorisant l’éclosion d’un accès de mégalomanie.

Toutefois, on peut classiquement retrouver certains facteurs (qu'il conviendra de creuser lors d'une thérapie) :

  • un choc émotionnel ;
  • un conflit affectif ;
  • des affections somatiques ;
  • un deuil.

La mégalomanie étant dans la majorité des cas un des signes de plusieurs pathologies psychiatriques comme :

  • les troubles de la personnalité narcissique ;
  • les troubles de la personnalité antisociale ;
  • la schizophrénie ;
  • le trouble bipolaire.

La recherche estime encore aujourd'hui que le déclenchement d'une pathologie bipolaire (et par extension toutes les psychoses maniaco-dépressives, schizophrénie incluse) relève à la fois de facteurs génétiques et environnementaux.

On retrouve chez les personnes bipolaires des épisodes mégalomaniaques dans près de 78 % des cas.

Mégalomanie : quel traitement ?

La mégalomanie n'étant souvent qu'un symptôme d'une pathologie sous-jacente, il conviendra d'associer différents traitements afin d'essayer de minimiser les phases dites « maniaques » au cours desquelles la mégalomanie s’exprime le plus.

On combinera donc dans la plupart des cas :

  • psychothérapie (psychanalyse ou psychothérapie comportementale) ;
  • stabilisateurs d'humeur, anti-psychotiques et/ ou anti-dépresseurs.

Des psychothérapies individuelles ou de groupe peuvent également être efficaces.

Dans certains cas où la mégalomanie est excessive (sentiment de surpuissance exacerbé conduisant à des conduites dangereuses par exemple), une hospitalisation en établissement psychiatrique doit être envisagée.

Si vous pensez relever de ces symptômes ou bien avoir une personne de votre entourage relevant de ces symptômes, consultez votre médecin généraliste qui pourra vous orienter vers un spécialiste. En cas d'urgence vitale et de menaces envers lui-même ou autrui, orientez la personne en phase maniaque vers les urgences les plus proches.

Pour aller plus loin :