Sommaire

On pensait auparavant que cela ne touchait que les femmes, mais on sait aujourd’hui que l’hystérie concerne aussi les hommes.

Quels sont les symptômes de ce trouble ? Que peut-on faire pour le soulager ? On vous en dit plus.

Hystérie : symptômes

L’hystérie est un trouble psychologique, décrit pour la première fois à la fin du 19e siècle par la Professeur Charcot, que l’on appelle aujourd’hui plus volontiers « trouble somatoforme », « symptômes conversifs », troubles de la personnalité histrionique » ou encore « troubles dissociatifs ».

Les signes de cette atteinte psychiatrique sont nombreux : une paralysie soudaine, une crise de tétanie, des crises d’épilepsie, des vomissements, des malaises répétés, une amnésie sélective, des personnalités multiples, du somnambulisme, une incapacité de parler, une baisse de la sensibilité (du toucher, du goût, etc.), ou encore des troubles visuels.

Plusieurs traits de personnalité d'une personne hystérique

Certains traits de personnalité peuvent caractériser l’hystérie : le théâtralisme (un comportement excessif dont le but est d’attirer l’attention), la dépendance affective, le besoin de séduire, la mythomanie, l’hyper-réactivité émotionnelle, les troubles sexuels (qu’ils soient caractérisés par une frigidité ou au contraire une hyper-sexualité), ou encore la tendance à faire des caprices.

Des techniques de neuro-imagerie ont pu mettre en évidence que certaines zones cérébrales se trouvent en hyperactivité, alors que d’autres sont en hypoactivité lors de l’expression des symptômes caractéristiques de l’hystérie.

Hystérie : causes et traitements

Parmi les facteurs de risques de conversion hystérique, citons des traumatismes et maltraitances pendant l’enfance, une accumulation de stress.

Pour soigner une personne atteint d’hystérie, le médecin peut proposer :

  • une psychothérapie, pour tenter d’apprendre à reconnaître la souffrance intérieure qui se cache derrière les symptômes hystériques ;
  • une hypnothérapie ;
  • ou encore certains antidépresseurs ou anxiolytiques.