Sommaire

Vous avez les jambes qui tremblent ou des suées rien qu’à l’idée de prendre l’ascenseur ? Voici les principales caractéristiques de la claustrophobie.

De quoi s’agit-il exactement ? Quels sont les symptômes et comment y remédier ? On vous en dit plus.

Claustrophobie : qu’est-ce que c’est ?

La claustrophobie est un état pathologique qui désigne la peur des espaces restreints :

  • Bien plus qu’une simple gêne, la claustrophobie est douloureuse à vivre et peut s’avérer extrêmement invalidante dans la vie de tous les jours.
  • Les personnes touchées ont ainsi une peur panique de monter dans un ascenseur, de prendre les transports en commun, de monter dans un avion, d’emprunter un tunnel, d’aller dans les caves ou les greniers ou encore dans des pièces fermées à clés.

Derrière la claustrophobie (ou toutes les phobies de manière générale), se cache une angoisse inconnue. Celle-ci se cristallise, se projette à l’extérieur sur un objet ou bien une situation.

À l’origine de cette phobie, on trouve différentes causes : une expérience d’enfermement effrayante ou un traumatisme subi pendant l’enfance.

Claustrophobie : quels sont les symptômes ?

Les manifestations physiques de la claustrophobie sont variées et sont d’intensité variables. Citons notamment :

  • des suées, des tremblements, des frissons, ou encore les jambes tremblantes ;
  • le cœur qui s’emballe, les mains moites, la tête qui tourne, la respiration qui s’accélère ;
  • le sentiment d’étouffer ou de manquer d’air, une envie de pleurer.

Comment traiter la claustrophobie ?

Parce qu’elle peut être très handicapante dans certains cas, il est bon de tenter de traiter cette phobie des espaces confinés :

  • en suivant une thérapie cognitive et comportementale, qui consiste à affronter la situation et de changer les comportements ou les procédés de pensées en faisant des exercices pratiques ;
  • par une psychothérapie d’inspiration psychanalytique, pour tenter de comprendre d’où vient l’angoisse en se plaçant dans le contexte général de la personnalité ;
  • en prenant des anxiolytiques ou des antidépresseurs prescrits par un médecin.

On ne guérit pas toujours complètement de la claustrophobie, mais il est possible d’apprendre à mieux contrôler sa peur.