Sommaire

L'hallucination est une altération des sens (ouïe, vue, odorat, goût et toucher) qui fait voir, entendre, toucher, sentir ou goûter des choses qui n'existent pas. C’est un symptôme présent dans de nombreuses maladies et dont la personne ne se rend pas toujours compte.

Le point dans notre article.

Hallucination : définition

Une hallucination est une perception fausse d'un stimulus sensoriel (auditif, visuel, gustatif, tactile ou olfactif) qui n'existe pas. La personne pense percevoir une information qui n'est pas réelle. Elle peut être causée par une maladie psychiatrique, une maladie neurologique ou une consommation de substances (alcool, champignons, drogues) et de médicaments.

Elle s’impose dans l’esprit de la personne sans que celle-ci ne puisse la contrôler. Elle peut parfois engendrer des émotions fortes (peur, tristesse ou angoisse) car la personne est persuadée que ce qu’elle entend ou voit est réel.

Une hallucination apparaît lorsque le cerveau n'est pas capable de comprendre et d'interpréter correctement les informations provenant du milieu extérieur. La personne ne s’en rend pas toujours compte et n'ira donc pas facilement voir le médecin. Elle a pourtant besoin d’aide et d’une prise en charge spécialisée pour rechercher la cause et la traiter.

Les hallucinations sont différentes du délire où la personne donne un sens irréel et illogique à ses perceptions sensorielles. Dans certaines maladies mentales, les hallucinations et les délires peuvent être associés.

Quels sont les différents types d'hallucinations ?

Il existe des hallucinations dites « normales » : par exemple entre l’éveil et le sommeil, il peut arriver de voir ou d’entendre des choses. Ce type d’hallucination ne dure que quelques secondes et ne perdure pas le reste du temps, à la différence des hallucinations dites « pathologiques » liées à une maladie et qui nécessitent une consultation médicale.

On distingue plusieurs types d’hallucinations :

  • Visuelles : il peut s’agir de lumières, de formes, de silhouettes ou parfois d’une personne, d’un monstre ou de tout un cortège de personnages plus ou moins bienveillants.
  • Auditives : la personne se met à écouter sans qu’aucun son ne soit perçu par l’entourage. Elle entend le plus souvent des voix, familières ou non, auxquelles elle peut parfois répondre. Il peut aussi s’agir d’autres bruits comme des explosions.
  • Tactiles : cela peut être des sensations de brûlures, de piqûres, de froid, de fourmillements, ou de démangeaisons.
  • Olfactives et/ou gustatives (plus rares) qui entraînent une impression d’odeurs et/ou de goûts désagréables ou plaisants.
  • Psychiques : la personne a l’impression d’une intrusion du monde extérieur dans sa propre vie. Comme si quelqu’un d’autre était rentré dans sa conscience en lui imposant des pensées et des actions.
  • Cénesthésiques (ou corporelles) qui concernent les sensations interne du corps : caresses, attouchements ou transformations.

Hallucinations : quelles causes ?

Les causes des hallucinations sont nombreuses et toutes liées à une maladie physique ou mentale, ou encore à une intoxication :

  • maladies neurologiques : maladie de Parkinson, encéphalite, épilepsie, ou encore tumeur ;
  • maladies neurodégénératives : maladie d’Alzheimer et autres démences ;
  • maladies psychiatriques : schizophrénie, bouffée délirante, mélancolie ou psychose hallucinatoire chronique ;
  • maladies physiques : accident vasculaire cérébral (AVC), traumatisme crânien, hypoglycémie, diabète, insuffisance hépatique, insuffisance rénale, paludisme ou syphilis ;
  • maladies du sommeil : narcolepsie ou privation de sommeil ;
  • consommation de substances : drogues (hallucinogènes, psychostimulants), médicaments ou alcool.

Solutions possibles aux hallucinations

Seuls le médecin généraliste ou le psychiatre peuvent, dans un premier temps, faire le diagnostic de l'hallucination en la distinguant de l'illusion (une perception déformée due à un problème physique par exemple).

Le traitement proposé par le médecin dépendra de la cause. Des médicaments (antipsychotiques, anxiolytiques, antidépresseurs) sont souvent nécessaires, ainsi qu’une psychothérapie et une hospitalisation qui, dans certains cas, aide la personne à reprendre contact avec la réalité.

Les conséquences des hallucinations peuvent être plus ou moins graves, en fonction de leur cause et de leur fréquence. Elles peuvent concerner le comportement, les relations sociales ou le moral des personnes atteintes. On constate souvent un isolement social, un discours mystique passionné voire dangereux, ou encore des actions graves pouvant mettre en danger la personne ou son entourage (suicide, meurtre).