Sommaire

La musicothérapie réceptive a pour but d'entraîner l'imagination de la personne en lui faisant écouter une ou des musiques choisies par le thérapeute.

Celui-ci a commencé par un questionnaire lié à son environnement musical : des souvenirs en lien avec la musique, des sons marquants, la place de sa famille vis à vis de la musique... Le thérapeute cherche aussi à découvrir le vécu de son patient pour connaître les causes de la consultation. Faisons un point sur le sujet.

Musicothérapie : musique et psychothérapie

Dans le dictionnaire historique de la langue française, la musique est « l'art de combiner les sons ». C. Scott écrit : « Elle n'est pas seulement une combinaison de sons, mais bien une chose mystérieuse qui a exercé une influence prodigieuse à travers les âges ».

Le musicothérapeute s'intéresse à la subjectivité avec laquelle la musique est perçue :

  • Cela représente une source très riche pour rejoindre une personne en difficulté et en souffrance.
  • La musicothérapie s'est développée avec des pratiques anciennes et nombreuses.
  • Son but n'est pas esthétique, ni de devenir musicien, mais plutôt d'offrir un développement personnel et une ouverture dans la relation.

L'expérience musicale lors de la musicothérapie réceptive va aller vers l'écoute de musiques.

Musicothérapie réceptive : qu'est-ce que c'est ?

La musicothérapie réceptive tente de provoquer, avec la musique, des émotions précises chez le patient pour ouvrir un dialogue et un soin.

Avec les réponses qu'il a obtenues par son questionnaire, le thérapeute choisit des musiques dans le but d'apprivoiser et de mettre en confiance son patient dans « son humeur et son état d'esprit ».

Les techniques de musicothérapie réceptive sont très nombreuses :

  • L'association d'extraits courts et contrastés (J. Jost) de manière musicale, psychologique ou physique : permet de comparer les écoutes et de se positionner pour faire un choix. Par exemple, une musique lente et une musique rapide ou bien un rythme et une mélodie.
  • La relaxation,  dans le but de détendre le patient.
  • Le GIM, Guided Imagery with Music (H.Bonny) : c'est « le rêve éveillé dirigé » de Desoille : la musique induit une rêverie qui permet d'explorer la psychée et la « rencontre des archétypes » d'après Jung.
  • L'écoute de la musique avec un dessin, de la peinture, de la danse…

Musicothérapie réceptive : pour qui ?

Elle se pratique en groupe ou de manière individuelle, à tous les âges de la vie, et par tous :

  • personne atteinte de la maladie d'Alzheimer : celle-ci pourra écouter des chansons évoquant ses souvenirs ;
  • personne amnésique, dépressive ou atteinte d'un handicap ;
  • enfant hyperactif : le thérapeute essaie l'écoute de musiques rythmées pour permettre à l'enfant de décharger ses tensions.

Aussi dans la rubrique :

Courants de pensée

Sommaire