Sommaire

Entendre des voix n’est pas réservé qu’à Jeanne d'Arc ou aux personnes schizophrènes ! En effet, entre 5 et 15 % de la population à travers le monde entend des voix, et jusqu’à 40 % en ont déjà entendu dans leur vie. Elles peuvent survenir à tout âge, dés l’âge de 6 ans, mais surtout après l’âge de 20 ans.

Toutes les infos dans notre article.

Entendre des voix : que se passe-t-il dans votre corps ?

N'importe qui peut entendre des voix à n'importe quel moment de sa vie, sans pour autant souffrir d'une maladie mentale :

  • Ces voix peuvent provenir de l’extérieur ou de l'intérieur du corps ;
  • Il peut s'agir de la voix d'une personne (connue ou inconnue) ou bien de bruits provenant d'un objet ;
  • Hormis les oreilles, elles peuvent aussi être entendues par d'autres parties du corps comme la tête, ou bien directement par la pensée.

Une même personne peut entendre une ou plusieurs voix, dont une domine les autres. Les voix peuvent parler à la personne ou entre elles (parfois de la personne). Les conversations peuvent être cohérentes ou prendre la forme de reproches.

Quelles sont les caractéristiques des voix que vous pouvez entendre ?

Entendre des voix peut être une expérience vécue comme agréable ou désagréable selon les voix ou le moment de la vie : elles conseillent ou régulent les activités de la personne, et peuvent aussi faire preuve d’autorité et donner des ordres.

Leur présence peut être constante ou quelques fois par jour ou par semaine, pendant toute la vie ou pendant plusieurs mois ; il n'y a pas toujours de régularité. 

En effet, une relation peut même s’établir entre la personne et ses voix, de façon similaire à une relation réelle.

Les voix entendues peuvent avoir plusieurs caractéristiques :

  • avoir une personnalité (connue ou inconnue) ;
  • être masculines, féminines ou sans genre ;
  • être des voix d’enfants ou d’adultes ;
  • être des voix humaines ou non humaines ;
  • être plusieurs, parfois jusqu’à une centaine, mais souvent avec une voix prédominante sur les autres ;
  • provenir du corps ou de l’environnement autour de soi, voire d’un objet précis ;
  • évoquer des émotions non-exprimées ;
  • être positives, négatives ou neutres ;
  • avoir un volume sonore différent ;
  • parler à la deuxième ou à la troisième personne.

Entendre des voix : est-ce le signe d'une pathologie ?

Entendre des voix n’est pas toujours le signe d’une pathologie. Même si elles sont une caractéristique commune à de nombreux troubles psychiatriques, comme la schizophrénie et les troubles bipolaires, elles sont également expérimentées par des personnes ne présentant aucun trouble psychiatrique. L’apparition de ce phénomène peut concerner tout le monde à un moment de sa vie.

Il est ainsi fréquent d’entendre des voix dans certaines situations, sans que cela ne relève de la maladie mentale :

  • après un événement traumatique comme un accident, un divorce, un deuil ou une maladie ;
  • lors d’une enfance difficile (abus sexuel, maltraitance) ;
  • lorsque les capacités imaginatives sont très fortes ;
  • lors d’un deuil : la personne peut se mettre à entendre la voix de la personne décédée récemment ;
  • chez les navigateurs solitaires lors de longs voyages en mer ;
  • lors d’une perte d’audition chez les personnes âgées ;
  • chez les malades en phase terminale ;
  • lors de torture, etc.

Il s’agit le plus souvent d’un trouble de la perception ou d’une protection psychique dans un contexte de fragilité et de contraintes environnementales. Entendre des voix ne devient un problème que lorsque la personne exprime d’autres troubles psychiques et/ou que son fonctionnement habituel est altéré : on parle alors d’hallucinations auditives.

Quelle réaction avoir lorsqu'on entend des voix ?

La première des choses à faire lorsque l’on entend des voix est de faire un bilan auditif chez son médecin ORL. Il faut d’abord différencier les voix d’un trouble auditif comme les acouphènes.

Ensuite, si les voix deviennent gênantes et encombrantes dans la vie quotidienne, le psychiatre peut prescrire des médicaments neuroleptiques et/ou une psychothérapie (comportementale et cognitive ou psychanalytique par exemple).

En général, la thérapie ne vise pas à se débarrasser des voix mais à apprendre à les gérer et à prendre du recul vis-à-vis d’elles. 

D’autres techniques comme la stimulation magnétique transcranienne (TMS) ou l’hypnose,ont aussi fait leur preuve pour soulager les personnes dont les voix sont particulièrement présentes au quotidien. Enfin, des associations d’entraide existent pour apprendre à gérer ses voix.