Sommaire

Dans nos sociétés modernes, la pression et l’exigence qui s’exercent dès le plus jeune âge, conduisent de plus en plus d’enfants vers le burn out (ou l’épuisement). Presque un enfant sur deux entre 6 et 18 ans souffre de problèmes psychologiques allant d’un état de stress jusqu’à une véritable dépression et des idées suicidaires.

Le point dans notre article.

Qu’est-ce que le burn out de l’enfant ?

Le burn out de l’enfant survient lors d’un épuisement psychologique lié à un stress chronique. Des difficultés de concentration, une fatigue, un changement de comportement ou un décrochage scolaire sont généralement les premiers symptômes. Survient ensuite un état de tristesse, voire une dépression, pouvant aller jusqu’à des idées suicidaires.

Les raisons du burn out sont multiples chez l’enfant :

  • des exigences scolaires élevées avec une pression parentale ;
  • un besoin de perfectionnisme ;
  • un emploi du temps surchargé (activités scolaires et parascolaires) ;
  • un divorce des parents avec une perte de repère.

Les enfants subissent le stress et la pression de leurs parents, mais aussi de la société. Ils n’ont plus de temps pour l’oisiveté et la détente à cause d’un emploi du temps calibré à la minute. Ce stress ambiant épuise l’enfant qui n’arrive plus à faire face aux exigences. Il a du mal à exprimer sa souffrance et ne veut pas décevoir son entourage, ce qui ne fait qu’aggraver l’épuisement et le burn out.

Burn out de l’enfant : symptômes

L’enfant victime de burn out a le sentiment de travailler, et de faire tout ce qu’il faut, mais la pression lui fait penser ce n’est pas suffisant. Ces enfants sont impliqués, consciencieux, volontaires, perfectionnistes, exigeants envers eux-mêmes, plutôt gentils et sensibles.

Les symptômes du burn out débutent souvent de façon progressive :

  • fatigue et épuisement physique ;
  • irritabilité et crises de colère ;
  • anxiété permanente ;
  • désinvestissement des activités et perte de motivation ;
  • sentiment d'échec permanent et de manque de confiance en soi ;
  • résultats scolaires qui chutent ;
  • troubles du sommeil (insomnie, cauchemars, réveils nocturnes) ;
  • repli sur soi ;
  • troubles du comportement alimentaire (anorexie, boulimie) ;
  • pleurs, sentiment de tristesse ;
  • symptômes physiques (maux de ventre ou de tête) ;
  • phobie scolaire.

Que faire en cas de burn out de l’enfant ?

Avant tout chose, il faut être attentif à l’état psychologique et physique de l’enfant et consulter le médecin traitant ou un pédiatre dès les premiers symptômes de fatigue.

Les parents ont un rôle important à jouer. Ils doivent aider l’enfant à relativiser, à exprimer ce qu’il ressent et à s’accepter. Faire des choses simples permet à l’enfant de relâcher la pression :

  • aller chez les grands-parents ;
  • passer un après-midi à jouer ;
  • faire des gâteaux, du jardinage ou des travaux manuels sans but particulier ;
  • partager des moments en famille ;
  • ne pas imposer de leçons ou de devoirs ;
  • relâcher la pression sur les résultats scolaires ;
  • l’encourager dans ses efforts ;
  • alléger l’emploi du temps.

Dans certains cas, un suivi par un psychologue ou un pédopsychiatre s’avère nécessaire. La thérapie peut être longue pour laisser le temps à l’enfant de se reconstruire en retrouvant de la légèreté et de l’insouciance pour se détacher de cette pression. 

Ces pros peuvent vous aider