Sommaire

La personnalité schizoïde ne comprend pas toujours les relations sociales et semble parfois indifférente. Elle se caractérise par une froideur et une distance avec les autres. Le schizoïde préfère la solitude et s’isole.

Même si les mots se ressemblent, il s’agit d’un trouble de la personnalité à ne pas confondre avec la schizophrénie.

Toutes les infos dans notre article.

Qu’est ce que la personnalité schizoïde ?

La personnalité schizoïde touche entre 1 et 5 % de la population, de préférence les hommes. Elle se caractérise par un manque d'intérêt pour les relations sociales, voire même des difficultés à comprendre et agir envers les autres, que ce soit les membres de la famille ou le milieu professionnel. Le schizoïde semble indifférent à ce que l’on pense de lui. Il réagit parfois de façon inadaptée et peut être mal compris par son entourage.

La personne schizoïde n’arrive pas à montrer ses émotions, ni à témoigner de sa sympathie ou de son affection. Elle renvoie une image froide, parfois antipathique et se perçoit souvent comme une personne « à part » qui ne se trouve pas de point commun avec les autres. Il arrive que le schizoïde s’habille de façon différente de la norme, ou qu’il soit attiré par des croyances mystiques étranges.

Malgré son apparence et son discours parfois étonnants, le schizoïde ne recherche pas la marginalité. Il n’éprouve pas de plaisir à faire partie d’un groupe et préfère les activités solitaires. Son visage ne change pas et peut afficher un air ennuyeux, sans réaction émotionnelle. Il observe par manque d’empathie, ce qui lui vaut d’être parfois confondu avec une personne alexithymique ou schizophrène.

Personnalité schizoïde : caractéristiques

La personnalité schizoïde se présente comme détachée par rapport aux relations sociales. Elle n’exprime pas ses émotions et préfère les activités solitaires. Elle se caractérise par plusieurs symptômes :

  • l’absence de recherche et d’intérêt pour les relations sociales, y compris dans sa famille ;
  • l’attrait pour les activités solitaires ;
  • un plaisir limité à de rares activités ;
  • peu d’intérêt pour le sexe en général ;
  • une indifférence à l’opinion des autres à son égard ;
  • une apparence froide et détachée ;
  • une capacité limitée à exprimer ses émotions ;
  • une indifférence vis-à-vis des normes et des conventions sociales ;
  • une activité imaginative importante et un attrait pour le mystique ;
  • une incompréhension globale des autres.

Pour parler de personnalité schizoïde, il faut bien sur que ces critères soient présents depuis l’enfance ou l’adolescence, au moment où la personnalité se construit. Contrairement à la schizophrénie, le schizoïde ne présente pas de délire ou d’hallucination.

Traitement d'un schizoïde

Même si la personnalité schizoïde est un trouble de la personnalité, et non une maladie, il est possible de faire une psychothérapie pour comprendre et décrypter les relations sociales. Ce type de personnalité évolue parfois vers la dépression ou la psychose du fait de l’isolement et de l’incompréhension du monde extérieur, à l’origine d’échecs ou de conflits.

Peu de schizoïdes consultent, ce qui rend la prise en charge difficile compte tenu de l'absence de motivation. Le psychothérapeute doit permettre à la personne de mieux exprimer ses émotions afin de comprendre celles des autres et ainsi de réduire son isolement à l’aide d’activités collectives. Les thérapies de groupe ont donc tout à fait leur place, mais souvent parallèlement à un travail individuel.   

Les médicaments ou les hospitalisations ne sont utilisés que rarement, uniquement en cas de crise ou de danger imminent. La famille, souvent incomprise par le schizoïde, a un rôle très important pour le sortir de son isolement et de son repli.