Sommaire

Les maladies psychosomatiques sont des maladies en lien à la fois avec le corps et l’esprit. Elles se caractérisent par des symptômes physiques dont la cause est psychologique ou émotionnelle et non pas physique. Elles sont souvent difficiles à diagnostiquer et à comprendre.

Le point dans notre article.

Maladies psychosomatiques : qu'est-ce que c'est ?

Les maladies psychosomatiques sont très nombreuses et peuvent toucher tout le monde, à n’importe quel moment de sa vie. Un choc psychologique (décès, divorce, accident, ou perte d'emploi), une souffrance psychique, ou encore une anxiété, peuvent être à l’origine de symptômes physiques divers.  

Aucune cause physique n’est habituellement retrouvée même si le symptôme est bien réel. Le mental modifie alors les défenses immunitaires, l’équilibre hormonal et nerveux, mais aussi l’acidité de l’estomac, le rythme cardiaque ou encore la peau, provoquant un symptôme physique réactionnel.

Les maladies psychosomatiques apparaissent souvent lorsque la souffrance et les émotions négatives sont contenues. La personne exprime par le corps son mal-être, son stress ou encore sa colère et sa tristesse. Même si une cause physique doit toujours être recherchée, une prise en charge psychologique permet, dans la plupart des cas, de soulager les symptômes.

Symptômes des maladies psychosomatiques

Les maladies psychosomatiques s’expriment des symptômes très variables, autant dans leur localisation que dans leur intensité ou leur fréquence :

  • des douleurs dans différentes régions du corps (tête, dos, poitrine, ventre, ou articulations par exemple) ;
  • des troubles respiratoires : asthme, sensation d’étouffement ;
  • des troubles ORL : vertiges, surdité, bourdonnements ;
  • des troubles gastro-intestinaux : ulcère à l’estomac, syndrome de l’intestin irritable, nausées, constipation ou diarrhée par exemple ;
  • des troubles cardiaques : tachycardie, hypertension artérielle ou infarctus ;
  • des troubles urinaires : vessie irritable, mictions fréquentes et douloureuses, ou difficultés à uriner ;
  • des troubles dermatologiques : eczéma, psoriasis, verrues, chutes de cheveux ;
  • des maladies infectieuses : herpès, zona ;
  • des troubles sexuelles : perte de la libido, troubles de l’érection, sècheresse vaginale ;
  • des maladies inflammatoires et auto-immunes : fibromyalgie, polyarthrite rhumatoïde ;
  • des troubles neurologiques : migraines, paralysies, névralgies, épilepsie.

Les personnes atteintes de troubles psychosomatiques souffrent souvent de troubles psychiatriques comme la dépression, les troubles anxieux ou encore les troubles de la personnalité.

Même chez les enfants, les coliques ou les retards de croissance ont un lien avec l’angoisse. L'évolution ou le déclenchement de certains cancers pourraient aussi être liés avec des émotions négatives, en particulier dans les suites d’un choc psychologique brutal.

Maladies psychosomatiques : quel traitement ?

Avant de faire le diagnostic d’une maladie psychosomatique, le médecin doit s’assurer qu’il n’existe pas de cause physique pouvant expliquer les symptômes. Un examen physique complet et des examens complémentaires (biologie, radiologie, avis de spécialistes) sont nécessaires pour s’en assurer.

Lorsque le diagnostic de maladie psychosomatique est posé, souvent après un temps d’investigation plus ou moins long, une prise en charge psychologique et physique est proposée, en fonction des symptômes et de la personne :

  • Une psychothérapie auprès d’un psychologue ou d’un psychiatre permet, en accédant au psychisme, de soulager les symptômes. La Thérapie Cognitivo Comportementale, mais aussi les approches psychocorporelles comme l’analyse psycho-organique, la psychologie adlérienne, ou la psychosomathérapie, permettent une approche globale très efficace.
  • Les techniques de gestion du stress comme la méditation pleine conscience, la relaxation, le yoga, ou l’hypnose diminuent l’anxiété.
  • Les médicaments ont aussi leur place, que ce soit les anxiolytiques, les antidépresseurs, les neuroleptiques, ou encore les antiépileptiques et les bétabloquants.

Une relation de confiance avec son médecin, ainsi qu’une bonne hygiène de vie (alimentation sommeil, stress, activité physique), sont très importants dans la prise en charge globale des maladies psychosomatiques.