Sommaire

Un névropathe souffre de névrose ou de névropathie. Il s’agit d’un trouble psychologique du système nerveux qui n’a pas d’origine physique. Le névropathe a conscience de ses troubles et souffre souvent de fatigue, d’anxiété ou de déprime pendant des mois. Le traitement est surtout psychologique.  

Toutes les infos dans notre article.

Qu’est ce qu’un névropathe ?

Le névropathe souffre de troubles du système nerveux, sans qu’aucune maladie physique ne soit identifiée. Ses symptômes sont compatibles avec une vie qui reste relativement normale et adaptée. Il a d’ailleurs conscience de ses symptômes, contrairement au psychotique.

Le névropathe fait tout pour lutter contre ses symptômes, mais il n’arrive jamais vraiment à s’en débarrasser, malgré toute sa volonté. Il peut souffrir de différentes névroses :

Ainsi, 12 % de la population serait névropathe. D’après la psychanalyse, la névrose est due à un conflit psychique non résolu qui correspondrait à une étape de la maturité qui n'a pas été franchie. Le plus souvent, elle reste peu invalidante et tout à fait tolérée par la personne et son entourage.

Certaines formes graves peuvent bien sur entraîner une grande souffrance et nécessiter une prise en charge spécialisée.

Névropathie : quels symptômes ?

Le névropathe souffre de symptômes très différents en fonction de sa névrose. On retrouve pourtant certaines caractéristiques communes :

  • une anxiété, des angoisses ;
  • une tendance à la déprime ;
  • une fatigue ;
  • un sentiment de mal-être ;
  • des peurs, et parfois des phobies ;
  • une difficulté à prendre de la distance avec les événements ;
  • des symptômes physiques comme des douleurs ou de la constipation ;
  • des obsessions ou des rituels ;
  • un besoin de contrôle ;
  • une perception de conflit interne ;
  • des difficultés sexuelles ;
  • un manque de confiance en soi.

Tous ces symptômes sont toujours compatibles avec une vie sociale, professionnelle et familiale. Le névropathe en a d’ailleurs toujours conscience. Les conséquences sont modérées et souvent bien tolérées par le névropathe qui lutte de toutes ses forces contre ses symptômes.

Traitement du névropathe

Être névropathe est bien souvent compatible avec une vie normale. C’est pourquoi les névropathes ne consultent pas toujours et apprennent à vivre en luttant contre leurs symptômes. Comme ils entraînent pas de troubles graves du comportement et ne nécessitent pas d'hospitalisation, la prise en charge est surtout psychologique et ambulatoire.

Les psychothérapies cognitivo-comportementales, de soutien ou psychanalytiques apportent une aide au névropathe pour mieux comprendre et gérer ses symptômes. Dans certains cas, un traitement médicamenteux est nécessaire, pour les symptômes les plus gênants (anxiolytiques, antidépresseurs).

Les thérapies alternatives comme la sophrologie, le yoga, la relaxation, ou les techniques de respiration permettant de gérer l’anxiété et de faire ressortir les conflits inconscients (respiration holotropique, rebirth) apporte un soutien dans la gestion des symptômes et dans la résolution des problèmes.