Sommaire

Le syndrome de Capgras (que l’on appelle aussi le « syndrome de l’illusion des sosies ») est une maladie psychiatrique rare qui se caractérise par la conviction délirante qu’une ou plusieurs personnes ont été remplacées par des sosies qui persécutent le malade.

Il s’agit d’un délire d’identification qui nécessite une prise en charge psychiatrique spécialisée. Le point dans notre article.

Qu’est-ce que le syndrome de Capgras ?

Le syndrome de Capgras a été décrit pour la première fois en 1923 par le psychiatre Joseph Capgras. Il s’agit d’une maladie psychiatrique qui appartient à la famille des psychoses, en particulier des délires d’identification.

Même si la personne reconnaît le visage de son interlocuteur, elle est persuadée qu’il a été remplacé par un sosie :

  • Ce syndrome est souvent associé à une schizophrénie, une démence, voir à un diabète, une hypothyroïdie ou un traumatisme cérébral.
  • Il touche un peu plus souvent les femmes que les hommes (2 hommes pour 3 femmes).
  • Le malade pense que ses proches ont été remplacés par des imposteurs qui lui veulent du mal. Ce n’est le cas que lorsqu’il regarde leur visage, mais pas quand il entend leur voix.

La cause principale de ce syndrome viendrait d’un dysfonctionnement cérébral entre la zone de la reconnaissance visuelle et celle de l’émotion et de la mémoire.

À chaque fois qu’il regarde le visage de son proche, le malade ne le reconnaît pas et pense qu’il s’agit d’une nouvelle personne. Ces hallucinations sont alors des fausses perceptions qu’il considère comme réelles.

Caractéristiques du syndrome de Capgras

Le syndrome de Capgras se caractérise par la conviction délirante qu’un ou plusieurs proches ont été remplacés par leurs doubles malfaisants. Il apparaît en général de façon progressive (ou de façon brutal s’il fait suite à un traumatisme cérébral) et devient ensuite chronique.

Les symptômes du syndrome de Capgras sont :

  • La conviction inébranlable que ces proches ont été remplacés par des sosies (la « sosification »).
  • Un délire de persécution et la conviction qu’il existe des complots.
  • Une agressivité envers ces « imposteurs ».
  • L’absence de conscience du trouble (anosognosie).

Dans la plupart des cas, l’illusion porte sur des membres de la famille (conjoint, parents, enfants), mais parfois sur des animaux domestiques, des objets, ou des lieux.

Contrairement à la prosopagnosie, le malade reconnaît bien les traits du visage, les lieux ou les objets familiers. Il s’agit d’une anomalie de leur perception affective et émotionnelle.

Syndrome de Capgras : quel traitement ?

Le syndrome de Capgras est une maladie psychiatrique nécessitant une prise en charge spécialisée par un psychiatre. Il est très souvent associé à une autre maladie psychiatrique, comme la schizophrénie ou la démence. Pourtant, les premiers symptômes apparaissent parfois jusqu’à vingt ans après le début d’une psychose.

L’évolution dépendra de la pathologie associée :

  • Dans le cas des psychoses, elle dépend étroitement du niveau intellectuel.
  • Dans les démences, les symptômes diminuent progressivement.
  • Certains cas peuvent englober des milliers de personnes « sosifiées ».
  • Lorsque la maladie en cause peut être guérie, le syndrome disparaît.

Les neuroleptiques sont les médicaments prescrits par le psychiatre, nécessaires pour diminuer la conviction délirante, atténuer l’angoisse et l’agressivité.

Des hospitalisations plus ou moins longues sont souvent nécessaires et un placement en institution lorsque l’autonomie et la sécurité du malade et de son entourage sont compromis par la maladie.