Sommaire

Le comportementalisme (ou béhaviorisme) s’intéresse au comportement, à travers l’analyse des gestes et des actions. Il permet de comprendre le fonctionnement psychologique d’une personne en analysant la façon dont elle se comporte de manière générale ou dans certaines situations précises.

Le point maintenant.

Comportementalisme : définition

Le comportementalisme, découvert par Ivan Pavlov au XIXe siècle, étudie ce que renvoie une personne à travers son comportement (ses gestes, ses actions, la façon dont elle se comporte, et les mots qu’elle utilise), de façon générale ou dans certaines situations, en lien avec son environnement (relations familiales, professionnelles ou amicales). À travers l’analyse et la modification de ces comportements, la personne a accès à son propre fonctionnement psychologique et peut le modifier.

Le comportementalisme est fondé sur le principe du reconditionnement. Il part du principe que le comportement de chacun a été « conditionné » par son environnement familial, sa scolarité ou son entourage et qu’il est possible de modifier ce conditionnement en apprenant d’autres comportements.

Ce type de thérapie est très utile dans de nombreux troubles psychiatriques. En agissant sur le comportement, les thérapies comportementales permettent de modifier le psychisme, de soulager les souffrances et de résoudre certains problèmes pour mieux s’intégrer dans son milieu.

Caractéristiques du comportementalisme

Le comportementalisme ne s’intéresse pas à la cause du trouble psychologique ou psychiatrique. Le thérapeute analyse de façon très précise chaque symptôme (sa durée, sa fréquence, les circonstances de survenue, ce qui le déclenche et l’entretient). Chaque symptôme sera traité un par un, parfois à l’aide de plusieurs techniques.

En fonction du problème, le psychothérapeute peut utiliser les techniques suivantes :

  • l’aversion : cette technique consiste à provoquer une réaction négative à un comportement ; elle est parfois employée dans l’alcoolisme (cure de dégoût) ou dans l'énurésie ;
  • la provocation d'anxiété : la personne est placée dans un contexte qui déclenche son symptôme jusqu’à ce que son anxiété disparaisse, toujours avec la supervision du thérapeute ;
  • l’inhibition réciproque : en plaçant la personne dans un état de relaxation, le thérapeute peut la confronter à ce qui déclenche le symptôme, toujours dans le but de faire disparaître l’anxiété ;
  • l’inhibition conditionnelle : il s’agit d’une technique très efficace contre les tics et le bégaiement, qui consiste à faire répéter une habitude pour la faire disparaître ;
  • le conditionnement opérant : le thérapeute incite la personne à anticiper ou à vivre un comportement dans des circonstances favorables pour ensuite le reproduire plus facilement en cas de crise ou de moment difficile.

En remplaçant le comportement inadapté ou en en diminuant la charge émotionnelle, le comportementaliste permet à la personne de modifier son comportement et de se sentir plus à l’aise au quotidien.

Comportementalisme : dans quels cas y avoir recours ?

Les indications du comportementalisme sont assez larges :

Aussi dans la rubrique :

Principe

Sommaire