Sommaire

La crise de démence est l’apparition très rapide, parfois même brutal, d’un affaiblissement important de l'ensemble du fonctionnement intellectuel. La mémoire, le langage, l’autonomie et le comportement sont bouleversés en quelques heures ou quelques jours.

Une prise en charge en urgence est nécessaire pour éviter d’aggraver les symptômes quand cela est possible.

Le point dans notre article.

Qu’est ce que la crise de démence ?

La crise de démence est le symptôme d’une maladie neurologique ou vasculaire sous-jacente. L’altération très rapide des capacités mentales (en quelques heures ou quelques jours) est due à un problème physique qu’il faut traiter rapidement.

Les causes de crise de démence sont multiples :

  • un accident vasculaire cérébral (AVC) ;
  • une démence vasculaire ;
  • une poussée de sclérose en plaques (SEP) ;
  • un hématome cérébral (rupture d’anévrysme) ;
  • une intoxication (alcool, monoxyde de carbone) ;
  • une infection (syphilis, sida).

Contrairement aux autres démences (chorée de Huntington, maladie de Parkinson, maladie d'Alzheimer), les symptômes de la crise de démence apparaissent très rapidement, parfois de façon brutale. En fonction de leur cause, ils peuvent être réversibles (en cas d’intoxication ou d’une poussée de SEP par exemple) ou bien laisser des séquelles.

Crise de démence : symptômes

Les symptômes de la crise de démence apparaissent très rapidement et tranchent avec le comportement habituel de la personne. Même si la cause peut être très différente, des symptômes communs se distinguent :

  • des pertes de mémoire invalidantes qui portent sur le présent, le passé ou l’avenir ;
  • l’incapacité d’apprendre de nouvelles choses ;
  • l’incapacité à effectuer des tâches habituelles de la vie quotidienne (conduire, cuisiner, se laver ou s’habiller) ;
  • un changement de comportements et de personnalité ;
  • une confusion dans le temps et dans l’espace ;
  • une irritabilité et une agitation ;
  • une anxiété et une dépression ;
  • une inversion du rythme jour/nuit ;
  • une démarche différente ;
  • des symptômes neurologiques comme une une paralysie, des troubles du langage ou une perte de la vue ;
  • des difficultés de concentration et d’attention ;
  • des troubles du langage et de l’écriture.

La personne ne se rend pas toujours compte de ses symptômes. Dans la plupart des cas, la crise de démence évolue vers une véritable démence chronique. Les symptômes s’aggravent progressivement et engendrent des conséquences sur la vie quotidienne et l’autonomie.

Que faire en cas de crise de démence ?

La crise de démence doit toujours être diagnostiquée par un médecin après avoir fait un examen physique complet, des examens complémentaires (scanner cérébral par exemple) et des tests intellectuels.

Dans un premier temps, si la cause est curable, il est possible de mettre en place un traitement rapidement qui permet de traiter les symptômes ou de ralentir leur progression. C’est pourquoi, en cas de crise de démence, il est important de consulter un médecin en urgence.

Ensuite, en fonction de la cause, la crise de démence peut être traitée par :

  • des médicaments comme des anxiolytiques, des antidépresseurs, des anticonvulsivants, des psychotropes, des anticoagulants ou des amplificateurs cognitifs ;
  • une opération chirurgicale (en cas d’hémorragie cérébrale par exemple) ;
  • un caisson hyperbare (en cas d’intoxication au monoxyde de carbone).

S’il existe des séquelles ou que la crise de démence évolue vers une démence inexorable, des aides à domicile, des activités intellectuelles stimulantes, une activité physique adaptée et une alimentation appropriée sont nécessaires pour ralentir la progression de la maladie.