Sommaire

La dysphorie désigne un trouble émotionnel faisant suite à une perturbation de l’humeur.

Quelles sont les causes de la dysphorie, quelles sont ses caractéristiques ? Découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur la dysphorie dans notre article.

Dysphorie : qu'est-ce que c'est ?

La dysphorie découle d’un trouble de l’humeur, elle désigne en réalité un symptôme qui combine la sensation de mal-être aussi bien psychique (mental) qu’émotionnel. Il ne faut pas prendre la dysphorie à la légère, c’est un signe très grave.

Elle se traduit notamment par  :

  • d’importants accès de colère (ce qui induit souvent des erreurs de diagnostic) ;
  • de l’anxiété et du stress ;
  • une profonde tristesse ;
  • un ennui permanent ;
  • un sentiment d’insatisfaction.

Il s’agit généralement d’un état durable voire chronique avec d’importants risques de tentative de suicide.

Comment se manifeste la dysphorie au quotidien ?

Les conséquences d’une dysphorie sont souvent sous-évaluées. Elles sont pourtant extrêmement handicapantes :

  • un stress permanent (sentiment d’être constamment sous pression) ;
  • la difficulté à faire le moindre effort (en raison d’une fatigue morale qui est une véritable chape de plomb) ;
  • des sautes d’humeur et une instabilité émotionnelle qui rendent la vie en société infernale sinon impossible ;
  • un mal-être qui rend tout simplement la vie presque impossible car perçue comme « inutile ».

Diverses causes liées à la dysphorie

La dysphorie peut avoir diverses origines. En effet, tous les troubles de l’humeur, quelle que soit leur origine, peuvent entraîner une dysphorie. Elle peut par exemple survenir suite à :

De façon générale, tous les événements générateur de stress (stress post-traumatique ou troubles anxieux par exemple) sont susceptibles d’entraîner une dysphorie.

Par ailleurs, de nombreuses autres pathologies métaboliques peuvent se traduire par une dysphorie, des troubles du sommeil chroniques, un syndrome de fatigue chronique ou un syndrome prémenstruel par exemple.

Dysphorie : quels traitements ?

La dysphorie n’étant qu’un symptôme, son traitement est celui de sa cause. Il existe des traitements adaptés à chaque situation :

  • contre le stress et l’anxiété on peut citer l’hypnose, les thérapies cognitivo-comportementales, etc. ;
  • l’EMDR contre le stress post-traumatique ;
  • les traitements psychiatriques contre des troubles graves comme les troubles bipolaires ou la schizophrénie ;
  • la psychothérapie pour soigner la dépression ;
  • la prise en charge des sevrages dans des centres spécialisés ou des cures de désintoxication ;
  • pour la difficulté à communiquer, la PNL ;
  • dans la dysphorie de genre, l’amélioration de la dysphorie est souvent spectaculaire lorsque la personne prend conscience de son mal-être et démarre un traitement hormonal substitutif.