Sommaire

La sinistrose, appelée aussi la « névrose de revendication », est un trouble mental qui apparaît dans les suites d’un sinistre. La personne victime se persuade qu’elle ne peut plus travailler, ni faire ses activités habituelles alors qu’elle n’a aucune séquelle corporelle. La sinistrose se manifeste plutôt chez les personnes ayant un besoin de reconnaissance et une tendance à revendiquer une compensation financière.

Sinistrose : définition

La sinistrose provient du mot « sinistre », qui signifie dans ce cas « accident de la vie ».

Il peut s’agir d’un accident du travail, de la circulation, ou bien d’une opération chirurgicale. La personne atteinte de sinistrose à besoin de revendiquer son statut de victime, afin d’être reconnue et de demander une compensation, souvent financière.

Pourtant, il ne s’agit pas d’un simple besoin de reconnaissance dans les suites d’un psychotraumatisme. La sinistrose est un véritable trouble mental qui appartient aux névroses. La personne exagère ses symptômes et leurs conséquences à la fois physiques et psychologiques, dans le but d’être reconnue, et d’obtenir une réparation financière.

Quelles sont les caractéristiques de la sinistrose ?

La sinistrose est une maladie mentale qui se caractérise par un délire fondé sur une fausse idée de revendication dans les suites d’un accident de la vie.

Les personnes présentant une sinistrose ont souvent un terrain psychologique plutôt fragile, et vont se servir de façon inconsciente de ce préjudice pour chercher un réconfort et une reconnaissance.

Les caractéristiques de la sinistrose sont :

  • un comportement exagéré quant aux conséquences de l’accident alors qu’aucune séquelle n’a été identifiée ;
  • la volonté de ne pas reprendre son activité professionnelle ni ses activités habituelles ;
  • une attitude revendicatrice ;
  • une demande de réparation et d’indemnisation ;
  • un besoin de reconnaissance et de réconfort ;
  • un déni de la maladie.

Contrairement à la simulation ou à la mythomanie, la sinistrose est une véritable conviction délirante sur les conséquences de l’accident. La personne ne joue pas mais croit réellement qu’elle souffre toujours de ce préjudice et qu’elle ne peut pas retravailler.

Quelles sont les conséquences de la sinistrose ?

Du fait de sa conviction délirante, la personne atteinte de sinistrose refuse de reconnaître sa guérison et amplifie le plus souvent le préjudice subi. Les conséquences sont donc à la fois :

Psychologiques

La souffrance induite par le manque de reconnaissance, peut conduire à un véritable état dépressif ou même des idées suicidaires.

Physiques

Le refus d’accepter la guérison et l’absence de séquelles peut mener à des douleurs psychologiques chroniques, ou bien à des troubles du comportement, comme par exemple vouloir se déplacer uniquement en fauteuil roulant.

Judiciaires

Les revendications financières et le besoin de reconnaissance du statut de victime peuvent mener à des procédures judiciaires multiples.

Troubles associés à la sinistrose

La sinistrose peut toucher une seule personne, ou bien un groupe entier. Malgré le traitement ou la guérison des blessures, la personne atteinte de sinistrose s’obstine à revendiquer une réparation financière. Les principaux troubles associés à la sinistrose sont donc les troubles psychosomatiques, la paranoïa et les troubles de l’humeur, en particulier la dépression et les idées suicidaires.

Ce trouble très particulier nécessite une prise en charge à la fois psychiatrique et psychologique, qui associe souvent une psychothérapie et des traitements médicamenteux. Du fait du déni, l’adhésion aux soins est très difficile et le traitement peut prendre plusieurs années.