Phantosmie ou hallucination olfactive

Sommaire

La phantosmie vient du mot grec « phanto » qui signifie « fantôme » et de « osmia » qui signifie « odeur ». Il s’agit donc d’une hallucination olfactive, ou d’une « odeur fantôme ». Une maladie physique ou psychologique peut être à l’origine de ce trouble qui handicape souvent la vie des personnes qui en souffrent.

Phantosmie : caractéristiques de l'hallucination olfactive

Contrairement à la parosmie, la phantosmie n’est pas l’interprétation erronée d’une odeur, mais bien la perception d’une odeur alors qu’elle n’existe pas. Il s’agit d’un trouble toujours en lien avec une maladie physique ou psychologique qui touche une seule ou bien les deux narines. Seul le traitement de la cause permet de supprimer ce symptôme.

La phantosmie est le plus souvent intermittente et rarement permanente. La plupart du temps, elle est découverte avec l’aide de l’entourage. La personne étant convaincue de sentir une odeur demande confirmation à plusieurs reprises autour d’elle et se rend compte que les autres ne sentent rien.

Cacosmie

Article

Lire l'article Ooreka

Symptômes de la phantosmie

La phantosmie concerne l’une ou les deux narines selon la cause. Les personnes touchées par cette hallucination olfactive peuvent sentir des odeurs agréables ou désagréables comme par exemple un parfum, de la fumée, du gaz, de la pourriture ou encore des fleurs ou des arbres.

Des effets secondaires désagréables tels que des nausées peuvent être ressentis. La personne est persuadée de sentir cette odeur, seul son entourage lui fera remarquer qu’il n’y en a pas. Il y a donc une adhésion totale à l’hallucination.

Causes de la phantosmie

La phantosmie est un symptôme qui apparaît lors d’une atteinte du lobe temporal, la partie du cerveau responsable de l’interprétation de l’odorat. Cette hallucination olfactive apparaît donc lors d’une maladie physique ou mentale. Elle est accompagnée par les troubles suivants :

De façon transitoire, une phantosmie est souvent ressentie avant ou après un rhume ou une sinusite, et dans ce cas, ce sont les terminaisons nerveuses de l’odorat qui sont touchées transitoirement.

Phantosmie : traitement

Dans la plupart des cas, le traitement de la maladie en cause permet de supprimer la phantosmie. Les neuroleptiques sont utilisés en cas d’épilepsie, les antalgiques ou les sartans en cas de migraine, les antidépresseurs et les anxiolytiques en cas de troubles de l’humeur, et les neuroleptiques en cas de schizophrénie. Le traitement neurochirurgical des tumeurs, lorsqu’il est possible, permet bien souvent de supprimer le symptôme.

Lorsque le traitement curatif n’est pas possible, les personnes doivent vivre avec ce handicap ou tenter de le réduire. Plusieurs méthodes permettent de réduire la phantosmie : les pleurs forcés, l’apnée de quelques secondes ou encore les lavages d’eau salée dans le nez.

Une intervention chirurgicale sur les récepteurs sensoriels du nez est parfois proposée en cas de phantosmie permanente ou très gênante. Elle est souvent pratiquée sur une seule narine afin de conserver l’odorat.