Sommaire

Le fétichisme est une pratique sexuelle qui consiste à ressentir du désir pour un objet, une partie du corps, ou une situation particulière. Même s’il est souvent associé à une perversion sexuelle, il n’est plus considéré comme une déviance mais comme une paraphilie. Le point.

Qu'est-ce que le fétichisme ?

Initialement utilisé pour désigner l’adoration des fétiches dans certains rites africains, le fétichisme a ensuite été employé pour la première fois par Alfred Binet, un psychologue français, à la fin du XIXe siècle. Il désigne depuis une excitation sexuelle provoquée par un objet, une partie du corps, ou un élément de l’environnement.

L’excitation ressentie peut aller du désir jusqu’au véritable orgasme. La simple vue, le contact physique ou bien la situation suffisent à provoquer un émoi sexuel. Longtemps considéré comme une maladie mentale, le fétichisme appartient aux paraphilies s’il engendre de la souffrance morale et des difficultés dans la vie quotidienne et sexuelle.

Les fétichistes pratiquent seul, en couple, ou bien avec d’autres partenaires. Parfois, le contact visuel suffit à ressentir l’excitation, quand pour d’autres, il est nécessaire de toucher ou d’embrasser par exemple. Certains fétichistes aiment porter l’objet de leur désir, par exemple, des chaussures à talons, ou bien des pantalons en vinyle. Il existe autant de pratiques qu’il existe de fétichistes.

Caractéristiques du fétichisme

Le fétichiste peut ressentir une excitation avec différents objets, zones corporelles ou situations précises :

  • Des objets, comme par exemple des chaussures, des robes, des gants, des jupes, des collants, de la lingerie féminine, des chapeaux.
  • Des matières, comme par exemple le cuir, le latex, la dentelle, la fourrure, le lycra, la laine, ou la soie.
  • Des particularités physiques, comme une coupe de cheveux, une couleur de peau, une moustache, une barbe ou le port d’accessoires comme des lunettes.
  • Certaines parties du corps, comme par exemple les fesses, les oreilles, les seins, le nez, le nombril ou bien les mains.
  • Une situation particulière, comme par exemple un orage, la pluie, la mer ou la montagne.
  • Un uniforme, comme celui des infirmières, des écolières, des religieuses, des pompiers, des militaires ou des policiers.
  • Des fluides corporels, comme par exemple les sécrétions vaginales, la salive, le sang ou les larmes.

Les jeux de rôle et l’utilisation d’accessoires sont très fréquents chez les fétichistes. Il s’agit de porter son excitation sexuelle sur un objet de substitution, peu importe lequel.

Conséquences du fétichisme sur la vie sociale

Le fétichisme, longtemps considéré comme une maladie mentale ou encore une perversion, souffre d’une mauvaise image. Pourtant, s’il n’engendre pas de souffrance morale, ni de mise en danger, le fétichisme peut tout à fait être pratiqué au même titre que n’importe quel jeu érotique.

Certains pratiquants ne peuvent envisager leur activité sexuelle sans leur fétiche. D’autres au contraire, peuvent se le représenter sous forme de fantasme. Avec le nombre infini de fétiches disponibles, tout le monde peut être plus ou moins fétichiste pour pimenter sa vie sexuelle et stimuler son partenaire.