Sommaire

L’avarice est une caractéristique, ou un trait de personnalité, qui se traduit par la difficulté à se séparer de ses biens, de ses richesses, et à utiliser son argent. Citée parmi les sept péchés capitaux, elle peut parfois être en lien avec une souffrance psychologique. Ses conséquences sur l’entourage son rarement négligeables. Faisons un point ensemble.

Qu'est-ce que l'avarice ?

L’avarice est un trait de la personnalité qui se traduit par une satisfaction dans la possession de biens et d’argent. L’avare n’aime pas partager ni dépenser car il aime accumuler des richesses pour son propre compte. Certains avares ont tendance à s'attacher de façon compulsive à leurs biens, au point de les idolâtrer. Ce besoin d’accumulation égoïste et sans limite peut devenir exagéré et engendrer une souffrance psychologique.

Souvent illustré dans la fiction (oncle Gripsou chez Disney ou Harpagon chez Molière par exemple), l’avare est capable de se priver de tout pour conserver ses biens et ses richesses. Plus l’avarice est importante, et plus la souffrance s’installe.

Caractéristiques de l'avarice

L’avarice s’exprime à différents degrés en fonction des avares. Cependant, elle se caractérise en général par :

  • un attachement excessif à l’argent, aux biens et aux richesses ;
  • une incapacité à dépenser, à donner ou à partager ses biens ;
  • un plaisir intense à conserver et garder pour soi son argent.

Contrairement aux radins et aux économes, qui font attention à leurs dépenses, les avares sont capables de se priver de choses essentielles juste pour conserver leurs biens. La moindre dépense peut être vécue comme une véritable agression, et une angoisse importante, même s’il s’agit de quelque chose de vital comme payer sa facture d’eau, d’électricité ou de chauffage par exemple.

Avarice : quelles conséquences sur l’entourage ?

L’avarice n’est pas toujours bien perçue par l’entourage. En raison de sa difficulté à partager et à donner, l’avare n’entretient pas de bonnes relations avec autrui en général. Bien souvent, son rapport possessif avec ses biens est un rempart et une protection vis-à-vis des autres.

Contrairement aux économes ou aux radins, les avares se réjouissent de ce qu’ils accumulent, et aiment le pouvoir qu’ils exercent sur les autres. Ce comportement peut être à l’origine de conflits dans la famille, au travail, ou même dans la vie de tous les jours.

Différents troubles associés à l’avarice

En psychologie, l’avarice reflète souvent une angoisse du manque. L’avare se réconforte avec son argent et ses biens. De plus, il exerce une certaine manipulation envers l’autre, puisqu’il décide de garder ou de donner. Ce comportement particulier peut être associé à certains troubles psychologiques :

Selon le degré d’avarice, les conséquences sur la vie quotidienne sont plus ou moins importantes. Bien souvent, au-delà de la plainte de l’entourage, c’est l’avare lui-même qui souffre de son besoin permanent de possession, et surtout de son angoisse de dépenser. Il peut se mettre en danger ou s’affamer tellement son besoin de possession est intense.