Sommaire

Un stimulus est une modification du milieu extérieur capable d’engendrer une réaction sensorielle, physique ou psychologique de la personne. Il engendre une forme d’excitation du système nerveux qui adapte un comportement-réponse propre à chacun. Très étudié en psychologie comportementale, le stimulus peut être très utile pour certains apprentissages. Faisons un point ensemble.

Quel est le déroulement d'un stimulus ?

En psychologie comportementale, un stimulus est une modification de l’environnement ou du corps dont l’intensité est suffisante pour provoquer une réaction physique et psychologique.

Pour être efficace, la stimulation doit être assez longue et puissante pour provoquer une réponse dans l’organisme :

  • réception de l’information au niveau sensoriel (visuel, tactile, auditif, gustatif, olfactif) ;
  • transformation en influx nerveux ;
  • réponse appropriée par les centres nerveux.

Les stimuli peuvent être lumineux, électriques, mécaniques, chimiques, ou encore thermiques. Selon leur intensité, ils entraînent une excitation du système nerveux et musculaire qui engendre à son tour un comportement face à la situation, en réponse au stimulus en question.

Il s’agit par exemple de la réaction des yeux face à une couleur vive, ou du retrait de la partie du corps en contact avec une chaleur intense.

Stimulus : quelle utilité ?

Le stimulus, en psychologie comportementale, ou behaviorisme, est très utile dans le mécanisme d'apprentissage et le conditionnement. Il s'agit d'associer une réponse comportementale à un stimulus conditionné. Il peut s’agir par exemple :

  • un stimulus auditif par un son ;
  • un stimulus visuel par une image ou une lumière ;
  • un stimulus olfactif avec une odeur ;
  • un stimulus tactile avec des pressions, des piqûres, ou des températures différentes ;
  • un stimulus gustatif avec des aliments.

Les stimuli seuls ou complexes (association de plusieurs stimuli) engendrent une réaction quasiment automatique qui peut être physique, ou psychologique. Il peut s’agir de mouvements du corps, de changements hormonaux ou encore d’émotions, ou de connaissances. Certains stimuli sont subliminaux, c’est-à-dire que la personne ne les identifie pas de façon consciente.

Stimulus : atouts et inconvénients

Le stimulus peut être très utile dans certaines situations, en particulier dans le réflexe. Il s’agit par exemple de retirer sa main lors de l’approche du feu. Il peut aussi s’agir d’une réaction de survie, comme par exemple la fuite devant un danger ou une menace.

Dans certains cas, le stimulus peut apporter des inconvénients, s’il n’est pas adapté face à la situation. Il peut s’agir par exemple de la tétanie face à un danger. Comme il n’est pas toujours volontaire, il peut parfois provoquer un embarras, et une honte vis-à-vis d’un comportement réponse inadapté dans un contexte environnemental donné.

Conséquences du stimulus sur le patient

Le stimulus est un élément physique, chimique ou biologique, qui est capable de provoquer des réactions nerveuses, musculaires, hormonales, ou psychologiques, selon la personne.

Chacun réagit différemment en fonction des stimuli. Dans certains cas, la réaction est physiologique (parfois réflexe) c’est-à-dire adaptée et normale, alors que pour d’autres, elle peut être pathologique et anormale.

Les conséquences du stimulus peuvent donc être très variables en fonction des personnes. Il peut s’agir par exemple de réactions :

La réaction et les conséquences du stimulus sont individuelles et personnelles. Il est impossible de prédire comment une personne réagira à différents stimuli. Seul le conditionnement permet d’anticiper et de prédire la réaction.