Sommaire

Le changement n’est jamais une étape facile de la vie. L’appréhender et en avoir peur est un processus normal de protection et de défense psychologique. Pourtant, il n’est pas toujours nécessaire d’attendre la souffrance pour changer et accéder au bonheur. La peur du changement, voici tout ce que vous devez savoir.

Qu'est-ce que la peur du changement ?

La peur du changement représente en réalité la peur de l’inconnu. Ce mécanisme de défense psychologique naturel permet de conserver ce qui est acquis, et protège de ce qui est imprévisible ou dangereux. Même en cas de souffrance psychologique ou de mal-être, l’esprit est capable d’accepter et de faire des compromis pour éviter le changement tant redouté.

Pour entreprendre une démarche de changement, il faut accepter de :

  • prendre des risques ;
  • se confronter à l’inconnu ;
  • modifier ses conditions de vie ;
  • accepter l’insécurité ;
  • contrarier son entourage ;
  • accepter l’échec.

Peser le pour et le contre, envisager l’échec et la réussite permet de relativiser sa peur et d’accéder plus facilement au changement. Au pire, la personne retourne à son état initial, au mieux elle prend le risque d’être plus heureuse.

Peur du changement : quelles sont ses caractéristiques ?

La peur du changement est un mécanisme naturel de protection et de conservation de l’être humain. Pour éviter de changer, toutes les excuses sont possibles :

  • la rationalisation ;
  • l’automatisme (ne pas y penser) ;
  • la raison logique ;
  • l’idée qu’il s’agit de la seule solution possible ;
  • la projection sur l’autre ;
  • la malchance, la fatalité ;
  • le caractère ;
  • le destin.

Toutes ces excuses permettent de justifier l’absence de changement. Ce n’est que lorsque la souffrance ou le handicap deviennent trop difficiles à supporter, que l'on accepte de changer. Jusque-là, l’homme a une capacité d’adaptation et de tolérance qui lui permet de résister aux changements.

Liens entre peur du changement et recherche du bonheur

Pour accéder au bonheur, il faut très souvent opérer des changements, parfois profonds, dans la vie quotidienne, le comportement, ou les pensées. La peur du changement permet de protéger les acquis, surtout en absence de difficultés particulières dans la vie. Il faut donc un état de souffrance, ou une forte intuition pour accepter de changer afin d’accéder au bonheur.

Accepter que le problème vient de soi est une étape essentielle pour lutter contre sa peur du changement. Savoir identifier les excuses, et les résistances psychologiques de sa peur permet de mettre en place le changement nécessaire à l’accès au bonheur.

Peur du changement : conséquences sur soi et son entourage

Dans certains cas, la peur du changement est tellement forte que la personne se met de façon inconsciente en situation d’échec. Il peut s’agir par exemple de l’avortement de plusieurs projets, d’une psychothérapie qui s’éternise, ou bien de difficultés à maintenir une relation amoureuse durable.

L’entourage peut participer à la peur du changement. Avoir peur de décevoir, contrarier, ou surprendre sa famille, ses amis ou des collègues, peut participer à la résistance et diminuer les chances d’accéder au bonheur. Pourtant, dans de nombreux cas, il est nécessaire de penser à soi et à son bien-être avant l’opinion des autres.