Sommaire

L'héroïne, qu'est-ce que c'est ?

L'héroïne appartient à la famille des opioïdes. Cette substance opiacée, provenant de l'opium, est obtenue à partir du pavot d'opium. Tout comme l'opium, l'héroïne est un psychotrope, c'est-à-dire une substance qui agit sur le système nerveux central.

  • Elle est connue pour ses propriétés thérapeutiques, notamment son effet antidouleur, du fait de la morphine qu'elle contient. Pour cela, elle est légalement utilisée à des fins médico-pharmaceutiques.
  • Mais l'héroïne est également consommée de façon illicite à des fins récréatives. Selon l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies, en 2017, ont expérimenté l'héroïne (c'est-à-dire essayé au moins une fois dans leur vie) :
    • 2 % des adultes de 18 à 64 ans ;
    • 0,9 % des jeunes de 17 ans.

Ces chiffres sont stables depuis 4 à 5 ans.

Lire l'article Ooreka
Qu'avez-vous pensé de la vidéo ?

Fumer de l'héroïne : l'une de ses formes de consommation

L'héroïne peut être absorbée sous différentes formes, toutes aussi dangereuses les unes que les autres. Elle peut être :

  • avalée ;
  • inhalée par les narines au moyen d'une paille (le fameux « sniff ») ;
  • prise en intraveineuse (risque accru à cause des seringues et des maladies véhiculées comme le SIDA) ;
  • fumée :
    • soit en respirant au-dessus d'une poudre qui se consume dans une feuille de papier aluminium,
    • soit en la mélangeant à d'autres substances (drogues et tabac) et en la fumant sous forme de joint.

Fumer de l'héroïne : risques et dépendance

Passés les premiers temps où l'organisme rejette plus ou moins la substance (nausées et vomissements), l'accoutumance s'installe :

  • Dès que l'organisme ne rejette plus la substance, le fumeur est chaque fois plus tenté d'augmenter les doses pour retrouver une certaine sensation, comme celle ressentie lors de la première prise : la dépendance devient forte et le risque accru.
  • Une liste non exhaustive des principaux troubles pour la santé permet de mesurer la gravité du phénomène :
    • douleurs diverses,
    • phénomène d'anxiété ;
    • troubles du sommeil entraînant un état de fatigue permanent,
    • perte de l'appétit,
    • troubles gastro-intestinaux,
    • observation du ralentissement du rythme cardiaque,
    • problèmes de respiration,
    • démangeaisons, etc.

Sans oublier le risque d'overdose, dont l'issue est fatale pour le fumeur. Lorsqu'on devient fumeur régulier d'héroïne, il faut prendre conscience des risques vitaux et se faire aider par des spécialistes pour s'acheminer vers un sevrage total.

Lire l'article Ooreka