Baby blues

Écrit par les experts Ooreka
Maman et son bébé

Le mal-être peut parfois apparaître dans nos relations familiales par l'irruption de conflits familiaux.

Mais ce n'est pas tout : la femme, heureuse de mettre au monde son enfant, peut également connaître une période de déprime dans les jours qui suivent l'accouchement.

C'est un sentiment qu'elle ne comprend pas et qui n'est aucunement le signe d'un rejet de l'enfant, mais simplement un état temporaire de fatigue et d'anxiété.


Qu'est-ce que le « baby blues »

Le baby blues est un état, plus qu'une maladie.

Le baby blues est un phénomène qui touche certaines femmes juste après l'accouchement. Il dure entre 3 et 10 jours et est plus un état psychologique passager qu'une maladie à part entière.

Les symptômes du baby blues sont, par exemple :

  • un sentiment de solitude,
  • une sensation de lassitude,
  • de la tristesse ou une impression d'angoisse,
  • des sautes d'humeur,
  • des troubles du sommeil, et en particulier des insomnies,
  • parfois, une perte soudaine d'appétit,
  • etc.

Ce sont des troubles qui peuvent être liés à l'appréhension de la mère face à ses nouvelles responsabilités.

Pendant sa grossesse, tout le monde s'est beaucoup intéressé à elle, à son état et tout à coup, les regards se tournent davantage sur le bébé que sur elle : il lui faut un temps d'adaptation et un travail personnel devra être fait pour recadrer son existence en fonction de son nouveau foyer.

D'autre part, le changement hormonal qui s'opère au moment de l'accouchement peut également influencer cet état de baby blues.

Comment faire face au baby blues ?

Ne pas rester seule

Il ne faut surtout pas s'alarmer. Rappelons que le baby blues n'est pas une maladie mais un état passager.

  • Cependant, il ne faut pas rester dans son coin et ne rien faire : car laisser s'installer cet état peut parfois entraîner à sa suite une dépression.
  • Si la dépression post-partum (après l'accouchement) est diagnostiquée par le corps médical, il faut se faire soigner rapidement, car cette fois, il s'agit d'une maladie. Non traitée, elle peut nuire ensuite à la relation parent-enfant.

Quelques remèdes contre le baby blues

Quelques solutions à adopter si vous rencontrez cette période de baby blues :

  • Il vous faut adopter une hygiène de vie saine : sommeil suffisant et de qualité, repas équilibrés...
  • Renforcez votre vie sociale :
    • inutile de vous programmer trop de choses, mais il ne faut surtout pas rester dans votre coin ou vous occuper uniquement de bébé ;
    • ménagez-vous une soirée dans la semaine pour sortir, voir un spectacle, ou aller au cinéma...
  • Essayez la sophrologie et la relaxation, quitte à faire vos séances chez vous. Également, le yoga peut vous aider à vous détendre et à gérer vos émotions.
  • Lâchez prise de vos préoccupations et de vos anxiétés et arrêtez de vous demander si vous serez une bonne mère, si l'enfant sera en bonne santé, etc.
  • Entamer une psychothérapie est également une bonne ligne de conduite pour aller mieux, mais elle n'est généralement pas nécessaire.

Bon à savoir : On ne vous donnera pas de médicament puisqu'il ne s'agit pas d'une maladie.


Autres sujets sur Ooreka


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
MH
michelle hartemann

professeur agrégé de lettres classiques formateur

Expert

salim djelouat

pr. en analyses médicales et bioclinicien

Expert

danièle agostini austerlitz

psychothérapie adulte, enfant, adolescent, couple

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Pour aller plus loin


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides

Tout le guide pratique psychothérapie

Tout le guide pratique