Pensée positive

Écrit par les experts Ooreka
Femme avec afro souriante

Dans la même lignée que la méthode Coué développée en France, un ensemble de théories sur le développement personnel ont vu le jour aux États-Unis dans les années 1960.

Le développement personnel et ses outils sont utilisés dans le milieu socio-professionnel ou personnel, mais le but majeur de ces techniques est :

  • d'apprendre à vivre mieux au quotidien ;
  • gérer nos conflits ;
  • faire preuve d'empathie envers les autres tout en sachant garder une image de soi positive.

Pensée positive : origines

Vincent Norman Peale (1898-1993) a développé ses théories à partir de son vécu :

  • il avoue avoir subi un complexe d'infériorité durant sa jeunesse : issu d'une famille modeste, il fut très vite amené à exercer de petits boulots pour faire vivre sa famille ;
  • il fit des études de théologie et devint pasteur, puis auteur ;
  • c'est en 1952 que parut « Puissance de la pensée positive », un ouvrage plutôt controversé à l'époque : encore aujourd'hui certains reprochent à l'ouvrage de s'adresser plutôt à des croyants. En effet, son ouvrage apparaît comme un ensemble de grands principes du christianisme adapté à la vie quotidienne ;
  • il travailla avec un psycho-analyste du nom de Smiley Blanton : tous deux mirent tout en œuvre pour que théologie et psychologie fusionnent et expérimentèrent dans une clinique les effets de cette association.

Fonctionnement de la pensée positive

Les grandes lignes de la pensée positive reposent sur le fait qu'il faut penser positivement pour obtenir des succès : une personne qui pense toujours en termes négatifs, qui a une mauvaise image de soi et ne sait pas prendre les échecs comme un challenge pour s'améliorer mais plutôt comme une preuve de son manque de compétences ou de son manque de chance, n'attirera à elle que des échecs.

Pour formuler des phrases (intentions menant à l'action par exemple) et atteindre le succès, il faut :

  • formuler dans une forme positive. Exemple : il ne faut pas dire « je ne fumerai plus » mais « je suis en bonne santé, je retrouve mon souffle »...
  • formuler au présent de l'indicatif : ainsi, on met toutes les chances de son côté pour réussir maintenant alors qu'en employant le futur, le résultat peut se faire attendre ;
  • entourer la formulation d'émotions positives : ressentir la joie du succès, le contentement d'une réussite. On peut faire entrer une visualisation dans le processus en se voyant tel que l'on voudrait être. Le but est d'imaginer une scène aussi réaliste que possible.

Autres sujets sur Ooreka


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
hugues wostyn

responsable service recouvrement | cabinet d.f & associés

Expert

DJ
dr anouar jarraya /tunis tunisie

psychiatre psychothérapeute sexologue | cabinet médical (adultes & enfants)

Expert

MD
marianne durieux

hypnose holistique et humaniste

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Pour aller plus loin


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides

Tout le guide pratique psychothérapie

Tout le guide pratique