Psychanalyse freudienne

Écrit par les experts Ooreka

La psychanalyse a été fondée par Sigmund Freud. Depuis sa création, les courants psychanalytiques se sont multipliés : jungiens, lacaniens, etc. la psychanalyse freudienne se veut fidèle à la démarche de Freud.

Freud, inventeur de la psychanalyse

Statue de Freud

Sigmund Freud (1856-1936) est originaire d'Autriche et commence par des études de médecine en neurologie avant de s'orienter vers la psychiatrie.

C'est avec lui que l'on parle, pour la première fois de psychanalyse ou de cure psychanalytique. Mais à ses débuts, on parlait plutôt de psycho-analyse.

Il a élaboré de nombreuses recherches pendant des années, recensant dans plusieurs ouvrages ses techniques d'analyse et ses résultats. Lorsqu'une psychanalyse n'aboutit pas à une guérison complète, il le dit sans aucune complaisance – ce fut le cas avec Dora.

Enfin, pour l'élaboration de divers ouvrages sur le développement de l'enfant, il observe jour après jour l'évolution de sa propre fille et compulse ses notes.

Les grandes lignes de la psychanalyse freudienne

Plusieurs concepts se rattachent à la psychanalyse freudienne.

Tout d'abord, Freud établit un fonctionnement psychique représenté par 3 instances :

  • le Ça, qui représente les désirs pulsionnels d'une personne, c'est l'inconscient de l'esprit ;
  • le Surmoi, en revanche, correspond aux valeurs morales d'un individu, aux limites qu'il s'est imposées pour bien paraître aux yeux des autres ;
  • le Moi : c'est la conscience de la personne.

Par ailleurs, Freud a développé plusieurs thèmes fondateurs de la psychologie clinique moderne :

  • les différents stades de développement de l'enfant ;
  • les rêves des patients pour décrypter les messages de l'inconscient ;
  • le rôle de la libido et du désir en général dans le psychisme ;
  • les mécanismes de protection du psychisme, notamment le refoulement (le fait de verser dans l'inconscient ce que l'on ne veut pas conserver à la conscience).

La psychanalyse freudienne s'est élaborée à partir des patients de Freud, qui les a décrits dans ses ouvrages. Les plus connus sont les cas :

  • Dora : pour le travail sur les rêves dans l'expérimentation d'un blocage lié à un drame familial) ;
  • le petit Hans : qui l'amena à poursuivre un travail sur les phobies et le complexe d'Œdipe de l'enfant.

Pourquoi commencer une psychanalyse freudienne ?

La psychanalyse freudienne est un moyen d'évoluer sur nos ressentis, nos émotions, notre monde intérieur, et de comprendre nos différents blocages face aux situations ou face aux autres.

Il fut une époque où l'on pensait qu'il était nécessaire d'être malade pour entamer une cure psychanalytique. On part désormais du principe que même lorsque tout va bien, la psychanalyse freudienne ne peut avoir que des points positifs.

La psychanalyse nous permettra peut-être :

  • d'améliorer nos relations avec autrui,
  • de mieux nous connaître.

En tout cas, elle apportera toujours quelque chose de positif. En revanche, la psychanalyse freudienne sera généralement inadaptée pour traiter les troubles de la personnalité ou du comportement les plus graves.

Pour suivre une psychanalyse freudienne, on s'adressera à un psychanalyste, en vérifiant bien l'école à laquelle il se rattache.


Autres sujets sur Ooreka


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
danièle agostini austerlitz

psychothérapie adulte, enfant, adolescent, couple

Expert

DR
dominique r.

médecin

Expert

BL
barth luisi-battesti

ingén conseil (mba, m° & dr in business law ) | cabinet juridica-business & cie (by nrgie group)

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Pour aller plus loin


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides

Tout le guide pratique psychothérapie

Tout le guide pratique