/ /
/

8 remèdes pour vaincre la peur de la foule

8 remèdes pour vaincre la peur de la foule

Écrit par les experts Ooreka

Il faut distinguer l'agoraphobie (la peur des espaces publics) de la claustrophobie (la peur des espaces clos, de l'enfermement) et de l'ochlophobie (la peur de la foule).

L'ochlophobie peut devenir véritablement handicapante au quotidien, toutefois, cette phobie peut se guérir.

Trouvez les raisons de cette peur

Trouvez les raisons de cette peur
© Zyan /CC BY /Flickr

Il existe une multitude de raisons de craindre la foule. Pointer du doigt un traumatisme qu'elle a engendré apporte déjà une solution pour résoudre son problème.

Pourquoi avoir peur de la foule ?

  • La foule peut représenter des dangers : les bousculades, les mouvements de panique, etc.
  • Elle peut susciter la crainte du regard des autres.
  • La crainte de la foule peut exprimer un besoin de reconnaissance, de n'être pas confondu avec les autres, d'être reconnu comme unique et singulier.

Apprenez à gérer votre stress

Apprenez à gérer votre stress
© Federico Zanone / CC BY /Flickr

L'ochlophobie est une réaction d'angoisse : la personne atteinte se sent rapidement oppressée par les gens qui l'entourent. Sa respiration devient irrégulière et elle éprouve souvent des bouffées de chaleur et des nausées. Parfois, la vision se brouille et rend les choses indistinctes, de façon très similaire au malaise vagal.

Il faut avant tout savoir gérer sa panique et maîtriser ses émotions. Pour cela :

  • S'éloigner de la foule, trouver un espace plus ouvert.
  • Respirer doucement et profondément.

Intégrez la foule petit à petit

Intégrez la foule petit à petit
© 123RF / Sergio Barrios

De la même manière qu'il est difficile d'apprendre à nager en sautant directement dans le grand bain, la foule s'apprivoise petit à petit.

  • Prenez de la hauteur si possible.
  • Observez la foule.
  • Décidez d'un point d'arrivée.
  • Décidez d'un point de sortie.
  • Lancez-vous !

Faites-vous accompagner

Faites-vous accompagner
© 123RF / Kaspars Grinvalds

Comme pour apprendre à nager, il est bon de disposer d'une personne de confiance à qui se cramponner pour ne pas se noyer ! En effet, cet ami ne vous laissera pas tomber, il vous rassurera et vous aidera à relativiser.

En outre, on trouve davantage de courage quand une personne est présente pour nous encourager et nous aider à nous dépasser.

 

Confiez-vous à un spécialiste

Confiez-vous à un spécialiste
© Eric de Hullessen / CC BY /Flickr

Un travail sur soi reste indispensable pour vaincre la peur de la foule. Les psychologues peuvent vous proposer des thérapies adaptées à votre pathologie comme :

  • des thérapies comportementalistes ;
  • des thérapies brèves ;
  • des thérapies par le rire ;
  • des thérapies par le théâtre.

Bon à savoir : des lectures autonomes, intelligentes et volontaires peuvent aussi bien vous aider. Il s'agit de faire preuve d'une motivation à toute épreuve !

Rejoignez un groupe d'entraide

Rejoignez un groupe d'entraide
© 123RF / lightwise

La parole libère la peur. Des associations destinées aux personnes atteintes d'ochlophobie organisent des rencontres entre ses membres. Vous pouvez échanger et partager votre expérience avec des individus qui souffrent de la même phobie.

Certaines associations organisent même des activités, comme le théâtre, qui permettent de dédramatiser la rencontre sociale.

Tentez l'hypnose

Tentez l'hypnose
© yves P / CC BY / Flickr

L'hypnose pousse le patient à se retrancher dans son inconscient à la recherche de la source de son mal. Le patient est parfaitement lucide et éveillé, mais il focalise toute son attention sur un point précis posé par la voix de l'hypnotiseur.

Cette technique permet d'apaiser ses tensions durant un moment. Toutefois, une thérapie demeure indispensable pour compléter le traitement.

Aidez-vous avec des médicaments

Aidez-vous avec des médicaments
© Denis Collette CC BY-NC-ND-2.0 / Flickr

Les plantes renferment le pouvoir de calmer votre stress, de vous aider à dormir et à vous sentir bien dans votre peau. Leur action naturelle ne provoque aucune accoutumance et ne perturbe pas votre organisme.

Demandez conseil à un homéopathe. Il saura vous orienter vers les produits susceptibles de vous aider.

Les médicaments plus forts demeurent la solution de dernier recours, si vous ne pouvez plus sortir de chez vous. Un psychiatre est alors en mesure de vous prescrire les remèdes dont vous avez besoin. Il peut s'agir :

  • de sédatifs ;
  • d'antidépresseurs.

Attention ! Certains médicaments peuvent créer une accoutumance. Préférez l'homéopathie qui offre une thérapie plus douce.

Ooreka vous en dit plus

Ooreka vous en dit plus
© Finemedia

Une phobie peut handicaper l'existence des personnes atteintes. Parlez-en à votre médecin et consultez nos contenus sur le sujet.

Pour aller plus loin :

1 commentaire

samia135, le 26/08/2014

ce blog est créé afin de partager et mettre à la disposition de tous les intéressés des connaissances en Développement Personnel, la Psychologie, le Management, le Leadership, l’Entrepreneuriat et pleins d’autres thèmes qui aident à la réussite professionnelle et à l’amélioration de la vie privée. http://www.fayssalhafidi.com/

Commenter
Vous devez vous inscrire ou vous connecter pour commenter.
Valider


Autres sujets sur Ooreka


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
TE
thierry elnikoff

it specialist | elnikoff.be

Nouvel expert

yvon alexis g.

conseiller spécialisé en phytothérapie & huiles es | plantes médicinales et huiles essentielles

Expert

LM
laurence maron

coach de vie, couple, celibat valence 26 drome ard | gaillard maron eirl coach amour look drome ardeche

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.