8 remèdes pour vaincre la peur de la foule

Il faut distinguer l'agoraphobie (la peur des espaces publics) de la claustrophobie (la peur des espaces clos, de l'enfermement) et de l'ochlophobie (la peur de la foule).

L'ochlophobie peut devenir véritablement handicapante au quotidien, toutefois, cette phobie peut se guérir.

Trouvez les raisons de cette peur

Il existe une multitude de raisons de craindre la foule. Pointer du doigt un traumatisme qu'elle a engendré apporte déjà une solution pour résoudre son problème.

Pourquoi avoir peur de la foule ?

  • La foule peut représenter des dangers : les bousculades, les mouvements de panique, etc.
  • Elle peut susciter la crainte du regard des autres.
  • La crainte de la foule peut exprimer un besoin de reconnaissance, de n'être pas confondu avec les autres, d'être reconnu comme unique et singulier.
Lire l'article Ooreka

Apprenez à gérer votre stress

L'ochlophobie est une réaction d'angoisse : la personne atteinte se sent rapidement oppressée par les gens qui l'entourent. Sa respiration devient irrégulière et elle éprouve souvent des bouffées de chaleur et des nausées. Parfois, la vision se brouille et rend les choses indistinctes, de façon très similaire au malaise vagal.

Il faut avant tout savoir gérer sa panique et maîtriser ses émotions. Pour cela :

  • S'éloigner de la foule, trouver un espace plus ouvert.
  • Respirer doucement et profondément.
Consulter la fiche pratique Ooreka

Intégrez la foule petit à petit

De la même manière qu'il est difficile d'apprendre à nager en sautant directement dans le grand bain, la foule s'apprivoise petit à petit.

  • Prenez de la hauteur si possible.
  • Observez la foule.
  • Décidez d'un point d'arrivée.
  • Décidez d'un point de sortie.
  • Lancez-vous !
Lire l'article Ooreka

Faites-vous accompagner

Comme pour apprendre à nager, il est bon de disposer d'une personne de confiance à qui se cramponner pour ne pas se noyer ! En effet, cet ami ne vous laissera pas tomber, il vous rassurera et vous aidera à relativiser.

En outre, on trouve davantage de courage quand une personne est présente pour nous encourager et nous aider à nous dépasser.

 

Confiez-vous à un spécialiste

Un travail sur soi reste indispensable pour vaincre la peur de la foule. Les psychologues peuvent vous proposer des thérapies adaptées à votre pathologie comme :

  • des thérapies comportementalistes ;
  • des thérapies brèves ;
  • des thérapies par le rire ;
  • des thérapies par le théâtre.

Rejoignez un groupe d'entraide

La parole libère la peur. Des associations destinées aux personnes atteintes d'ochlophobie organisent des rencontres entre ses membres. Vous pouvez échanger et partager votre expérience avec des individus qui souffrent de la même phobie.

Certaines associations organisent même des activités, comme le théâtre, qui permettent de dédramatiser la rencontre sociale.

Lire l'article Ooreka

Tentez l'hypnose

L'hypnose pousse le patient à se retrancher dans son inconscient à la recherche de la source de son mal. Le patient est parfaitement lucide et éveillé, mais il focalise toute son attention sur un point précis posé par la voix de l'hypnotiseur.

Cette technique permet d’apaiser ses tensions durant un moment. Toutefois, une thérapie demeure indispensable pour compléter le traitement.

Lire l'article Ooreka

Aidez-vous avec des médicaments

Les plantes renferment le pouvoir de calmer votre stress, de vous aider à dormir et à vous sentir bien dans votre peau. Leur action naturelle ne provoque aucune accoutumance et ne perturbe pas votre organisme.

Demandez conseil à un homéopathe. Il saura vous orienter vers les produits susceptibles de vous aider.

Lire l'article Ooreka

Les médicaments plus forts demeurent la solution de dernier recours, si vous ne pouvez plus sortir de chez vous. Un psychiatre est alors en mesure de vous prescrire les remèdes dont vous avez besoin. Il peut s'agir :

  • de sédatifs ;
  • d'antidépresseurs.
Lire l'article Ooreka

Ooreka vous en dit plus

Une phobie peut handicaper l’existence des personnes atteintes. Parlez-en à votre médecin et consultez nos contenus sur le sujet.

Pour aller plus loin :