/ /
/

5 façons de surmonter la peur du tonnerre

5 façons de surmonter la peur du tonnerre

Écrit par les experts Ooreka

Quand un orage éclate, il ne passe pas inaperçu : les éclairs zèbrent le ciel et le tonnerre gronde ! Ce phénomène naturel peut parfois engendrer une phobie.

L'astraphobie désigne la peur de l'orage ou du tonnerre. L'individu réagit de manière excessive et irraisonnée à l'idée ou la venue d'un orage et panique en s'inquiétant pour lui et ses proches. Inutile d'en avoir honte, la peur de l'orage peut se vaincre !

La réalité scientifique du tonnerre

La réalité scientifique du tonnerre

Un orage se manifeste par une perturbation atmosphérique qui se produit en cas d'instabilité climatique et d'humidité. Un nuage appelé « cumulo-nimbus » déclenche de fortes pluies, doublées de décharges électriques. Celles-ci nommées « foudre » chauffent de minces colonnes d'air qui, en explosant, produisent un bruit appelé « tonnerre ».

La foudre n'y va pas par quatre chemins, elle choisit le cheminement le plus facile pour rejoindre le sol. Par exemple, les constructions élevées (gratte-ciel, clocher…).

Rien de fantastique à ce phénomène !

Bon à savoir : le physicien Benjamin Franklin a inventé le paratonnerre le 15 juin 1752.

Peur et fascination

Peur et fascination
© Marcus Cafter CC By NC SA 2.0 / Flickr

De tout temps, ce phénomène spectaculaire fascine en même temps qu'il fait peur, toujours accompagné de nombreux mythes et légendes apparentés à des châtiments (par exemple : la colère de Dieu). Il faudra attendre la Renaissance pour que sa dimension scientifique soit étudiée.

La peur de l'orage est une manifestation du sublime. Faites-vous violence et approchez-vous de la fenêtre. Vous réaliserez bien vite qu'il n'est pas facile de prendre des éclairs en photos. Il faut calculer l'intensité de l'orage et régler son appareil en fonction. Concentrez-vous sur cette opération créative et enrichissante et oubliez le reste !

Devenez vous aussi un passionné d'orages, un « chasseur d'éclairs », et traquez les orages avec votre appareil.

Bon à savoir : la durée de l'orage est variable, entre cinq minutes et plusieurs heures. Pas de temps à perdre !

Progressez à chaque orage

Progressez à chaque orage

Peu de personnes se trouvent un jour face à une catastrophe naturelle grave, mais beaucoup de personnes en ont une peur irraisonnée. Des pensées négatives apparaissent durant un orage. L'important demeure de se persuader qu'un orage n'est pas forcément synonyme de danger.

L'orage vous offre une occasion unique de vous mesurer à votre phobie. Chaque coup de tonnerre vous permet de progresser en faisant un travail sur vous-même.

  • Apprendre à gérer votre angoisse.
  • Remplacer vos pensées négatives par des positives.
  • S'interroger sur la raison de sa peur.
  • Comprendre ce qu'est un orage.
  • Respecter les consignes de sécurité lors d'un temps orageux.

Si la phobie devient un handicap, il convient de consulter un praticien dans le cadre d'une psychothérapie cognitivo-comportementale.

Bon à savoir : les animaux peuvent aussi développer des états d'anxiété pendant l'orage, en particulier le chien.

Essayez de dormir

Essayez de dormir
© Olivier Bataille BY NC ND 2.0 / Flickr

Pas facile de trouver le sommeil lorsque le tonnerre s'abat à grand fracas sur votre ville. Comme la plupart des orages ont lieu la nuit, ne les laissez pas perturber votre sommeil !

  • Des médicaments homéopathiques peuvent vous aider à trouver le sommeil.
  • Des bouchons d'oreilles atténuent le bruit du tonnerre.
  • Fermez bien les volets ou couvrez vos yeux pour ne pas voir les éclairs.

La psychologie et l'hypnose peuvent vous aider à vaincre votre peur. En déterminant son origine, en remplaçant les pensées négatives par des pensées positives, accompagné par un médecin, vous parviendrez à en venir à bout.

Précautions à prendre

Précautions à prendre
© Miquel Lleixà Mora CC BY NC SA 2.0 / Flickr

Bien entendu, en cas d'orage, il convient d'adopter un comportement adéquat. En l'absence de dispositifs de protection, voici quelques recommandations :

  • ne pas toucher les pièces métalliques (tuyaux, robinet d'eau…) de la maison ;
  • ne pas prendre un bain ;
  • débrancher les appareils électriques, voire couper le courant au compteur ;
  • éviter les activités à l'extérieur.

Bon à savoir : le téléphone mobile est sans risque lors d'un temps orageux.

Des espaces sont à éviter :

  • la forêt ;
  • la campagne ;
  • la montagne ;
  • les étendues d'eau (lac, rivière, mer…).

Ne pas s'abriter dans ces endroits :

  • les hangars métalliques ;
  • les pylônes ; 
  • les grottes (en raison de leurs parois suintantes).

Pour être en sécurité, restez chez vous et attendez que le mauvais temps passe. Ne dit-on pas « après la pluie le beau temps » !

Ooreka vous en dit plus

Ooreka vous en dit plus
© Finemedia

Grâce à nos conseils, vous disposez de pistes pour dominer votre peur de l'orage. Démystifier la phobie est la meilleure approche pour la traiter.

Pour aller plus loin, nos guides pratiques à télécharger gratuitement :

Quelques contenus ludiques en plus :

2 commentaires

kheira dz best, le 06/07/2017

c'est bien gentil mais depuis toute petite j'ai peur et sa continue encore maintenent

Samir, le 12/11/2015

Merci pour ces explications et conseils :)

Commenter
Vous devez vous inscrire ou vous connecter pour commenter.
Valider


Autres sujets sur Ooreka


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
DR
dominique r.

médecin

Expert

MH
michelle hartemann

professeur agrégé de lettres classiques formateur

Expert

AB
annik bianchini depeint

psychanalyste

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !